Kinshasa, capitale africaine des films itinérants

 Louis Vogt Voka, journaliste et cinéaste congolais, a animé une conférence de presse le jeudi 9 septembre 2010 à la Halle de la Gombe, en marge de l’ouverture de la 3ème édition de « Babala Ciné », festival itinérant du film documentaire dans les quartiers. Comme lors de précédentes éditions, cette solennité proposera du 8 au 21 septembre de cette année des projections en plein air dans 10 communes de Kinshasa. Parmi lesquelles Kintambo, Bandal, Kalamu, Ngaba, Mont Ngafula, Kinshasa, Limete, Masina etc.

            Autour du thème « Mémoires, Paix et Réconciliation », plusieurs documentaires seront projetés en présence de leurs réalisateurs, tandis que le public aura l’opportunité de poser toutes sortes de question, sur le film (contexte de tournage, moyens utilisés, etc.). « C’est une façon pour nous de contribuer à la survie de l’art cinématographique qui se meurt dans notre pays où il n’existe presque plus de salles de projection. 

Nous voulons susciter l’intérêt pour le cinéma à Kinshasa  » a clamé Louis Vogt Voka, l’un des initiateurs de ce festival. Partisan d’un cinéma d’engagement, il a précisé que cette édition 2010 a, entre autres pour objectif, de souligner la contribution du cinéaste dans ce qui se passe dans la sous-région de Grands Lacs marquée par des guerres et autres affrontements incessants. Ainsi donc, plusieurs documentaires réalisés par des opérateurs africains originaires de la RDC, du Congo-Brazzaville, du Burundi, du Kenya, etc.) seront présentés pour la plus grande satisfaction du public.

            Créé en 2006, le festival Balabala Ciné sera, dans sa 3ème édition, marqué par de résidence d’écriture avec les cinéastes, des ateliers d’échanges avec les réalisateurs, une journée de réflexion avec les médias congolais, des projections itinérantes dans les quartiers de Kinshasa etc.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply