Kinshasa abritera le 4è Congrès des pays africains producteurs de pétrole

Après Tripoli (Libye) en 2001, Alger (Algérie) en 2004, Cotonou (Bénin) en 2007, le 4ème Congrès Africain du Pétrole et Exposition (CAPE) se tiendra à  Kinshasa/République démocratique du Congo, du 24 au 27 mars 2010 au Palais du peuple.

Cette grande messe triennale a été au centre du point de presse que le ministre des Hydrocarbures a co-animé avec son homologue du Congo-Brazzaville, le vendredi 12 mars à l’hôtel Sultani.

C’était l’occasion pour Célestin Mbuyu Kabango de faire le point des préparatifs liés à la tenue desdites assises. Ces dernières seront organisées par l’APPA (Association des producteurs de pétrole africains).

Les choses évoluent très bien en ce qui concerne les préparatifs du CAPE IV à Kinshasa, a déclaré le ministre des Hydrocarbures.

Comme preuve de cette affirmation, il renseigne que sur 60 sociétés pétrolières qui s’étaient manifestées pour exposer en marge de cet événement, ont confirmé leur participation aux assises de Kinshasa.

En effet, hormis les pays membres de l’APPA qui sont au nombre de seize, les sociétés œuvrant dans le secteur pétrolier ainsi que neuf pays observateurs participeront au Congrès CAPE IV de Kinshasa.

Les pays membres de l’APPA sont : Algérie, Angola, Bénin, Cameroun, Congo RDC, Côte d’Ivoire, Egypte, Gabon, Guinée Equatoriale, Libye, Nigeria, Afrique du Sud, Tchad, Mauritanie, Soudan.

En ce qui concerne les objectifs, on indique que CAPE IV est une opportunité pour les opérateurs du secteur des hydrocarbures, établis ou ayant des perspectives d’investissements en Afrique, de comprendre les orientations politiques liées à l’exploitation du pétrole africain. De même, en marge de ce sommet, les investisseurs pourront rencontrer les décideurs  économiques et institutionnels des pays membres de l’APPA.

Pour ce qui est des thèmes, tout sera axé sur le développement de l’industrie des hydrocarbures en Afrique.

Frais d’organisation : 2 millions USD

Le coût global de l’organisation de ces assises s’élève à 2 millions de dollars américains, a révélé le ministre Célestin Mbuyu qui est en même temps président du comité des ministres de l’APPA 2009/2010, suivant les statuts de l’organisation.

A la préoccupation de savoir ce que la Rdc gagnera en déboursant plusieurs millions alors que le pays en cherche, Célestin Mbuyu a ciblé plusieurs dividendes.

D’abord l’afflux massif des participants constitue déjà une opportunité pour les opérateurs économiques congolais.

Ensuite, ce sera une chance pour le pays des investisseurs dont il a besoin pour l’exploitation de nombreux gisements de pétrole et gaz dont il regorge.

La Rdc a besoin de transformer ses richesses potentielles en richesses réelles, a-t-il précisé. Et les assises de CAPE IV constituent une opportunité pour les investisseurs du secteur des hydrocarbures de découvrir les immenses potentialités nationale en la matière.

On signale à ce sujet que la Rdc dispose de trois bassins sédimentaires dont les bassins côtiers (6.000 km2), la cuvette centrale (800.000 km2) et le segment de l’Ouest à la vallée du rift à l’Est de l’Afrique. La production actuelle est limitée à l’offshore et on shore des bassins côtiers.   

Le ministre brazzavillois, Raphaël Lwemba, a expliqué les raisons de son étroite implication dans l’organisation de CAPE IV à Kinshasa, même si son pays le fera plus tard en 2025. Le rapprochement de deux villes fait que ce qui se passe dans l’une ait des répercussions sur l’autre. D’où la nécessité pour Brazzaville de militer pour la réussite des assises de Kinshasa.

Dom

Leave a Reply