Kinshasa abritera la 2ème édition du Caucus africain des finances

Après la première édition dont les travaux s’étaient déroulés à Kinshasa en août 2011, la République Démocratique du Congo abritera pour la deuxième fois successive le Caucus Africain des Finances. Les travaux se dérouleront à Kinshasa, du 1er au 2 août 2012.
En marge de la tenue de cette grande messe africaine des argentiers, le ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Finances a animé un point de presse le vendredi 27 juillet.
Patrice Kitebi Kibol Mvul a fait savoir que le Caucus est une rencontre périodique des ministres des Finances et Gouverneurs des banques centrales. Il a un rôle syndical visant à mener un lobbying auprès des institutions financières internationales, en l’occurrence le Fonds Monétaire International et la Banque mondiale, en vue d’obtenir la meilleure part pour le continent.
Cette rencontre vise à redorer le blason terni de la République Démocratique du Congo.

C’est aussi l’occasion de faire l’état des lieux de notre économie ainsi que de sa santé financière.
Concernant l’état de l’économie et la santé financière, le ministre a indiqué que l’exercice 2012 en cours est marqué par une croissance, avec un recul de l’inflation estimée à 4,45%.
Patrice Kitebi en veut pour preuve la stabilité des taux du marché des devises malgré la mise en circulation des billets à valeur faciale élevée. La monnaie nationale a tendance à prendre de la valeur par rapport aux devises étrangères notamment le dollar. Car, au lancement de ces billets, la parité était de 921 Fc le dollar, et aujourd’hui elle est à 918 Fc.
Le cap reste maintenu pour la sauvegarde du cadre macro-économique, martèle le ministre délégué auprès du Premier ministre en charge des Finances.
L’exposé du ministre terminé, on est passé au rituel jeu des questions et réponses.


Parmi les préoccupations posées au conférencier par les journalistes, figurent entre autres le bilan du 1er Caucus, le contraste entre le satisfecit toujours affiché par le gouvernement quant à la stabilité du cadre macroéconomique et la misère de la population sur le terrain, les raisons de l’organisation d’un tel événement un jour férié, de surcroît dédié aux morts, etc.
Dans ses réponses, le ministre a d’abord rappelé quelques projets intégrateurs en attente du financement pour leur réalisation. Il a énuméré au passage Inga III et Grand Inga.
Il faut noter que les participants au 1er Caucus avaient décidé de solliciter un apport financier supplémentaire auprès de la Banque Mondiale et du FMI pour la réalisation de 4 grands chantiers énergétiques. Il s’agit pour l’Afrique australe des barrages Inga III et Grand Inga de la RD Congo ; pour l’Afrique centrale de l’aménagement hydroélectrique de Lom Pangar au Cameroun ; pour l’Afrique occidentale des projets Souapiti et Kaleta en Guinée ; et enfin pour l’Afrique orientale du projet géothermique de la vallée du Rift au Kenya.
Quant à la date du 1er août, jour férié dédié aux morts et aux parents vivants, Patrice Kitebi a reconnu le caractère chômé du jour, avant de faire remarquer que si certains iront au cimetière et que d’autres prendre visite aux parents vivants, d’autres encore iront travailler.
Par ailleurs, en rapport avec le maintien du cap pour la stabilité du cadre macro-économique, il a profité du face-à-face avec la presse pour informer l’opinion qu’il venait d’initier des audits dans des régies financières. Ce audits prendront 6 à 8 semaines.


Dom

Leave a Reply