Katumbi mécontent du comportement de Mputu

Il n’est pas normal que les joueurs puissent se comporter comme ils l’avaient fait au tournoi CECAFA Kagame Cup, a dit dans un excès de fureur Moïse Katumbi Chapwe, président du TP Mazembe, dans une interview diffusée lundi sur Radio Okapi.

 Certes, de par le monde, il y a de grandes vedettes qui avaient agi de la même manière, comme Zidane, en finale de la Coupe du monde, Allemagne 2006, mais cela reste un mauvais exemple à ne pas suivre. J’en avais parlé assez durement avec Mputu, le capitaine, parce que je désapprouve son geste et celui de ses partenaires qui peuvent ternir l’image du grand club qu’est le TP Mazembe, a-t-il martelé.

 Pour rappel, le samedi 22 mai 2010 lors de la 3ème et dernière journée du tournoi international CECAFA Kagame Cup, prévu du 16 au 29 mai 2010 au stade Amahoro, à Kigali, et réunissant 12 clubs, les leaders du groupe A, le FC Armée Patriotique Rwandaise (APR) et le TP Mazembe de la RDC, se rencontraient dans une partie de pure formalité, les deux équipes avec la totalité des points (6) étaient déjà qualifiées pour les quarts de finale.

 Le Congolais Kabange (34ème), sociétaire du FC APR, avait ouvert la marque pour son équipe: 1-0. Les amis de Kaluyitukadioko (37ème), stoppé par un tacle régulier dans le rectangle, avaient réclamé un penalty non accordé. Bousculé, l’arbitre éthiopien Zekariah Girma avait mis un carton rouge sur le capitaine Mputu, son agresseur. Ce qui avait mis le feu aux poudres de telle sorte que le directeur du jeu avait été pourchassé sur le terrain. Dans sa fuite, selon les images sur internet, Lusadisu lui avait appliqué une prise de judo. Alors qu’il cherchait à se relever, un «mae soto geri» digne d’un karatéka lui avait été assené par Mputu. Et tout s’était enflammé…

 Retenue au stade jusque vers 22h, la délégation du TP Mazembe avait été mise dans le premier avion à destination de son point de départ via Nairobi, au Kenya.

 Quelle est très loin l’époque où l’instituteur Pierre Kalala Mukendi, alors entraîneur-capitaine du TP Englebert, devenu TP Mazembe, et ses jeunes partenaires ne se préoccupaient guère du traitement que leur réservaient les arbitres sur plusieurs terrains en compétitions africaines pour ne s’adonner qu’à leur jeu favori quelles que soient l’atmosphère et l’hostilité dans lesquelles se déroulaient les matches ! Et,  pourtant, il leur était arrivé plusieurs fois d’être l’objet d’injustice flagrante sans se laisser aller aux excès comme celui gratifié à l’opinion au stade Amahoro, c’est-à-dire à l’extérieur. Un champion a des limites qu’il ne peut jamais franchir….

SIKI NTETANI MBEMBA

Leave a Reply