Kasaï Occidental : Trésor Kapuku sur un siège éjectable

Trésor KAPUKU, ci-devant gouverneur de la Province du Kasaï Occidental va-t-il subir le sort peu enviable des trois anciens gouverneurs du Sud-Kivu et du Maniema ? Rien n’est encore réglé, mais toujours est-il que son sort semble avoir été scellé au lendemain de la visite officielle d’inspection que vient d’effectuer le chef de l’Etat dans cette province qui restera historique car c’est dans son chef-lieu qu’en 1964 des délégués des partis politiques et de la société civile avaient discuté et rédigé la toute première Constitution fédéraliste du pays.  

            Le gouverneur Trésor KAPUKU se trouverait depuis le week-end dernier à Kinshasa. Selon des sources généralement informées, c’est pour répondre à une convocation lui adressée par la hiérarchie pour dispositions utiles. Une convocation qui intervient dans un climat de malaise et de suspicion visible et sensible depuis deux semaines après les évènements malheureux survenus le dimanche 15 août 2010 dans la localité de Luandanda, située à une soixantaine des kilomètres de Kananga et marqués par des accrochages sanglants entre les éléments de la garde rapprochée du gouverneur et des partisans du chef coutumier portant le nom de cette localité. Lesquels se sont soldés par un bilan macabre d’un mort parmi les éléments de la garde rapprochée du gouverneur et de nombreux blessés graves dont certains sont encore internés pour des soins appropriés à l’hôpital général de référence de Kananga et celui de Tshibashi.

            Toujours selon les mêmes sources, il y a peu des chances que Trésor KAPUKU rejoigne son poste à Kananga. Il risque de connaître le sort peu enviable que ses trois anciens collègues Didier MANARA du Maniema, Célestin CHIBALONZA et Louis MUDERHWA Chirimwami du Sud-Kivu. Ceux-ci avaient été convoqués par la hiérarchie pour se voir contraindre de présenter leurs démissions au président de la République, procédure qui avait abouti à la convocation de nouvelles élections des gouverneurs. Un  procédé politique malléable qui  permet à la hiérarchie de pourvoir au remplacement des gouverneurs sans devoir passer par la procédure de défiance devant l’assemblée provinciale qui présente de risques certains de dérapage, a indiqué au Phare un ancien gouverneur aujourd’hui en réserve de la République selon la coutume en vogue.           

Me Ruberwa se frotte les mains…

            Ce serait une lapalissade que de dire que la tête de Trésor KAPUKU était mise à prix depuis quelque temps et l’occasion rêvée a été offerte par ces évènements sanglants de Luandanda. Il y a d’abord ses démêlés avec le président de son parti d’origine et qui sont à la base d’un malaise profond au sein du RCD aggravé particulièrement par un procès qui a vu deux tendances protagonistes s’empoigner non seulement devant le juge du TGI-Gombe mais surtout sur les chaînes de télévision de la place. On rappelle qu’en son temps, le président national du RCD avait évoqué l’éventualité d’une procédure de déchéance pour sanctionner celui qui s’était écarté de la ligne de conduite politique du parti. Depuis lors, beaucoup d’eau a coulé sous le pont et il semble que la voix de la raison aurait été choisie pour ramener toutes les brebis galeuses au bercail. Voilà qu’une occasion rêvée se pointe au rendez-vous et bien malin qui dira que cela n’arrange pas les affaires de la tendance incarnée par Me Ruberwa. 

Premier gouverneur à échapper à une motion de défiance

            On sait aussi que tout au début de son mandat à la tête de la Province, Trésor KAPUKU avait été fait l’objet d’une motion de défiance initiée par Omer MIJIMBU, ci-devant président de l’Assemblée Provinciale à la suite d’un malentendu sur l’attribution de la résidence officielle. Heureusement pour Trésor KAPUKU, d’une part, il bénéficiait encore de l’appui sans équivoque de son parti qui pesa de tout son poids sur la balance et d’autre part, son recours devant la Cour Suprême de Justice obtint gain de cause suite à un vice de procédure constaté lors du vote au niveau de l’Assemblée Provinciale qui s’était déroulé la nuit, dans l’obscurité. Voilà comment Trésor KAPUKU l’avait échappé belle.

            Pourra-t-il bénéficier de la même baraka ? Telle est la question qui circule sur toutes les lèvres depuis ces évènements sanglants de Luandanda qui ont défrayé la chronique nationale et locale et bien entendu récupérée par la classe politique de la province, surtout celle qui tient à lui régler les comptes à la veille des élections générales de 2011. On rapporte que des notabilités politiques et de la société civile de la province avaient profité de la visite d’inspection du chef de l’Etat pour lui transmettre des mémorandums dans ce sens. 

Castro             

Leave a Reply