Kasaï Occidental : l’élection du gouverneur aura lieu ce matin, malgré l’agitation

 

C’est ce matin, sous le coup de 9heures locales, que le nouveau gouverneur du Kasaï Occidental sera connu à l’issue du choix de nouveaux gestionnaires de cette province qui est restée sans dirigeants pendant huit mois, suite à la déchéance d’Hubert Kabasubabu par l’assemblée provinciale.

Douze candidats étaient en lice pour concourir à la succession du gouverneur déchu en avril dernier à la suite d’une motion de défiance, avant que la liste ne soit réduite à onze à la suite du désistement à la clôture de la campagne d’un candidat.

Cependant, vingt quatre heures après la clôture de la campagne qui s’est déroulée du 9 au 11 décembre conformément au calendrier de la Ceni, soit la veille du scrutin, on a assisté à un phénomène bizarre ! Neuf candidats en lice réclament le report de l’élection au motif que certains membres du corps électoral (les députés provinciaux) ne sont pas habilités à participer au vote du nouveau gouverneur. Alors qu’ils ont battu campagne normalement, sans dénoncer une quelconque anomalie !

Dans une déclaration rendue publique ce mercredi 12 décembre à Kananga, vers 17heures locales, les signataires du report du scrutin évoquent comme raison : la position litigeuse de 25 députés provinciaux sur les 54 que compte l’assemblée provinciale du Kasaï Occidental.

Selon l’un des candidats qui réclament le report de l’élection, en l’occurrence Dieudonné Kazadi contacté au téléphone à partir de Kananga, sur les 25 députés litigieux il y a 7 suppléants qui attendent la validation de leur mandat. Et 18 députés doivent être invalidés pour avoir changé de parti. D’où avant l’élection, il faudra d’abord régler tous ces litiges.

Le camp d’Alex Kande crie à la fuite en avant

Seul candidat en lice qui n’a pas souscrit à la demande du report, son entourage dénonce la manœuvre de certains candidats qui, s’estimant perdants d’avance, refusent de se soumettre au jeu démocratique et préfèrent embrouiller la situation.

Le camp d’Alex Kande fait remarquer, que s’il y avait anomalie dans le processus conduisant à l’élection, tous ceux qui réclamaient le report de l’élection hier n’allaient pas battre campagne. En plus, ce n’est pas la veille du scrutin que cela devrait être dénoncé. C’est donc la peur de l’échec qui explique toute cette agitation, affirme-t-on dans l’entourage de Kande Mupompa. Avant d’expliquer que cette peur a été constatée au lendemain de l’ « épreuve du feu » de chaque candidat devant l’assemblée provinciale dont les membres constituent le corps électoral.

A ce sujet, a-t-on appris de la même source, le programme présenté par le candidat Kande Mupompa avait suscité des applaudissements parmi les députés provinciaux le mardi 11 mardi décembre 2012, jour de la clôture de la campagne. Engouement qui n’était jamais observé depuis le début de cet exercice qui s’est déroulé pendant deux jours, soit du lundi 10 au mardi 11 décembre 2012.

C’est à partir de cet exercice, affirme-t-on, que chaque candidat a dû jauger ses chances. Ce qui ne pouvait que susciter un sentiment de jalousie chez la plupart non encore habitués au jeu démocratique.

Il importe de signaler à ce propos que deux candidats n’ont pas battu campagne. Il s’agit de Benoît Tshibuabua Kapia Kalubi et de Nkishi. Curieusement, a-t-on appris, le premier cité a saisi la Cour suprême de justice au motif que le quorum n’est pas atteint pour organiser le scrutin.

Selon l’auteur de la requête, bon nombre de députés sont en situation irrégulière pour prendre part au vote. Alors que le même candidat avait écrit à la Ceni pour évoquer son indisponibilité de battre campagne.

La mission de la Ceni est essentiellement technique

D’après les échos qui nous parviennent de Kananga, la réaction de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) n’a pas tardé à la suite de sa saisine par les  tenants du report du scrutin.

Sa représentante Carole Kabanga qui se trouve sur place à Kananga pour cette fin, a fait savoir que sa structure n’a pas la compétence de statuer sur des questions politiques. Sa mission reste technique, c’est-à-dire l’organisation des élections. Donc, l’élection aura lieu ce jeudi 13 décembre telle que prévue par la Ceni.

Dominique Mukenza

Leave a Reply