Kasaï-Occidental : la COOBIDIEP plaide pour l’amélioration de l’habitat et l’alphabétisation en milieu rural

Partenaire de l’Etat en matière de l’enseignement, avec 145 écoles primaires et secondaires confondues, la COOBIDIEP (Coopérative Bidiep-Bidiep) invite le gouvernement à inscrire dans son programme d’actions la problématique du développement dans les milieux ruraux, avec en prime l’habitat et l’alphabétisation.

            Cette question a été au centre de l’entretien que Le Phare a eu, le week-end passé, avec le promoteur de la Coopérative Bidiep-Bidiep, Mgr Joseph KalambaMutanga qui a promis de faire de l’alphabétisation et de l’habitat le cheval de bataille de son programme.

            Prêchant par l’exemple conformément à l’adage qui énonce « La charité bien ordonnée commence par soi-même », Mgr Joseph Kalamba a réussi dans le cadre de la lutte contre l’analphabétisme en milieu rural à implanter un véritable réseau d’établissements d’enseignement primaire, secondaire et même universitaire dans la province du Kasaï-Occidental. A ce sujet, son organisation la Coobidiep compte un total de 145 établissements d’enseignement dont 82 primaires et 63 secondaires. Ces écoles bâties en matériaux durables et répondant aux normes modernes, sont implantées dans trois entités de la province, à savoir : les territoires de Dibaya et Luiza, ainsi que dans la ville de Kananga.

            D’une manière générale, la coopérative a pour but de promouvoir l’habitat combattre l’analphabétisme en milieu rural. C’est ainsi que les premières options organisées au début furent notamment la construction et la coupe et couture. Avant d’élargir les domaines vu l’expansion des établissements. Parmi les options organisées actuellement, il y a  l’agriculture, la maçonnerie, la menuiserie, la pédagogie, la commerciale et administrative, etc.

            Comment en êtes-vous arrivé à un tel nombre d’écoles, en plus construites en matériaux durables ? Revenu passer ses vacances au village Kamutanga, dans le territoire de Luiza, revenant de la Suisse où il étudiait, Joseph Kalamba avait eu des remords en en trouvant des jeunes évoluer dans un environnement dépourvu des structures du développement.

            Face à ce constat amer, il s’est résolu de faire quelque chose notamment de « partager » le peu qu’il avait gagné avec ses frères et sœurs.

            C’est ainsi qu’en 1994, il crée la coopérative «Bidiep-Bidiep» (qui signifie en langue Kete : lentement-lentement). En 1998 : l’hôpital Saint Joseph est construit, et en  2003, l’inauguration des trois écoles primaires construites par la Coopbidiep, par le Gouverneur de province de l’époque André Claudel Lubaya.

            Partie de deux classes tenues par des enseignants communément appelés D4, la Coobidiep est aujourd’hui propriétaire d’un puissant réseau de 145 établissements primaires et secondaires confondus.

            En 2013, plus précisément au mois d’octobre, la coopérative a créé une université dénommée UNIKAM (université de Kamutanga). Trois facultés y sont actuellement organisées : sciences de l’agronomie avec l’accent mis sur l’agro-forestier, psychologie et sciences de l’éducation, lettres et sciences humaines. D’ici, l’Unikam pourra organiser d’autres facultés à l’instar de l’économie, la médecine vétérinaire, etc. L’Unikam dispose d’une ferme d’expérimentation dénommée Sangayi.

            Qu’avant d’en arriver à l’université, c’était d’abord l’Institut technique supérieur de Kamutanga créé en 2010, a-t-il ajouté.

            Etes-vous toujours seul ou avez-vous bénéficié de l’aide pour construire ce réseau d’écoles ? « j’ai commencé avec mes petites économies provenant notamment de ma bourse d’étudiant. Ce qui m’avait permis d’acheter une machine de presse-briques pour la construction des salles de classe. Puis, j’ai bénéficié de l’appui de quelques amis suisses, tout comme de la main d’œuvre locale pour certains matériaux de construction ».

            Quant au programme d’alphabétisation, Mgr Kalamba a indiqué qu’à ce jour sa coopérative a réussi à alphabétiser quelque 2000 personnes qui ne savaient ni lire ni écrire. Elle a aussi construit un marché moderne à Lubondayi.

            Partenaire logique du gouvernement en matière d’éducation, Mgr Joseph KalambaMutanga lance un appel au gouvernement pour qu’il prenne en compte le développement des milieux ruraux. A ses compatriotes congolais, il exhorte d’investir dans le développement rural.

Dom

Leave a Reply