Kamerhe hier chez Tshisekedi

Vital Kamerhe, président national de l’UNC (Union pour la Nation Congolaise) était l’hôte d’Etienne Tshisekedi, président national de l’UDPS, dans la résidence de celui-ci, dans la commune de Limete. C’était quelques heures avant le point de presse animé par le Lider Maximo à l’intention des médias tant nationaux qu’internationaux.

 

    En l’absence d’un compte rendu officiel de la rencontre, on croit savoir que celle-ci a eu pour objectif de renforcer le front pour l’alternance politique en République Démocratique du Congo. On rappelle que le 15 décembre dernier, le chef historique de l’Opposition pacifique en RDC avait réaffirmé sa détermination de participer à l’élection présidentielle au nom de son parti Udps qui célébrait ce jour-là ses 29 ans de lutte contre le système dictatorial dans notre pays.  Cette déclaration a été interprétée comme une tentative de confiscation «du droit à la candidature» par des esprits malins. La chanson qui fut naguère entonnée à l’époque de l’Union Sacrée de l’Opposition Radicale a été immédiatement entonnée dans le but de fragiliser ceux qui militent pour l’alternance. Vingt et un ans après la mésaventure de l’Usor et Alliés, on devrait cesser de prendre les gens pour des éternels naïfs, toujours prêts à s’engager dans n’importe quel traquenard pour faire le bonheur de ceux qu’ils sont censés combattre. 

En tout cas, la manoeuvre ne semble pas marcher cette fois et c’est le message qu’on peut provisoirement retenir de la rencontre hier sur rue Petunias à Limeté entre Etienne Tshisekedi et Vital Kamerhe.

    Au cours de sa conférence de presse d’un peu plus d’une heure, le président national de l’Udps a démenti, à la faveur de la question d’un journaliste, la rumeur selon laquelle il aurait réservé une fin de non recevoir à l’offre de dialogue venue de Kamerhe, à qui il aurait fermé le portail d’entrée de sa résidence, le samedi 19 février courant.

    Contrairement donc à la rumeur de la rupture entre les deux personnalités politiques, chacun peut constater que leurs relations sont au beau fixe. L’ancien speaker de l’Assemblée Nationale n’est pas déclaré persona non grata à Limete. Tshisekedi et Kamerhe continuent de partager l’idée de la réunification de l’opposition. Leur combat politique ne vise qu’une chose : le changement de leadership politique et de la majorité parlementaire.

Leave a Reply