Kabila et Tshisekedi : la vraie bataille a commencé

Le face à face Tshisekedi-Kabila à l’élection présidentielle du 28 novembre 2011 vient de se préciser. Alors que le lundi 29 août 2011 à Kingankati, dans la banlieue Est de Kinshasa, le Bureau Politique de la Majorité Présidentielle (MP) venait d’investir Joseph Kabila comme candidat unique de cette famille politique dans la course à la magistrature suprême du pays, l’Opposition politique a choisi pour sa part la résidence d’Etienne Tshisekedi, à Limete, hier mardi 30 août 2011, pour remettre à ce dernier le procès-verbal de la réunion du 24 août 2011 à la paroisse Notre Dame de Fatima l’ayant désigné comme « Candidat commun » pour la même compétition.

Le lundi 05 septembre, il s’en ira déposer officiellement son dossier de candidature à la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) dans une ambiance de carnaval sous l’escorte de ses propres combattants et des militants de tous les partis de l’Opposition qui soutiennent sa candidature.
Quant à Joseph Kabila, il n’a pas encore dévoilé la date à laquelle il compte se présenter à la CENI pour confirmer ses prétentions pour la présidentielle. On imagine que le décor sera aussi celui d’une démonstration de force face au camp adverse.

De part et d’autre, les troupes et leurs leaders sont plus que jamais en ordre de bataille. Celle-ci va se dérouler à deux niveaux : la présidentielle et les législatives nationales. Il s’agit pour l’un et l’autre, de remporter certes la bataille de la présidentielle mais une telle victoire serait incomplète si elle ne s’accompagne pas de celle de la majorité parlementaire, fort précieuse pour permettre au Chef de l’Etat réélu ou élu d’avoir le contrôle du gouvernement.

 

Kabila : ni indépendant… ni candidat du PPRD

Pendant assez longtemps, la famille politique du Président de la République sortant était dans l’attente d’une précision de taille concernant son statut de « candidat ». Tout le monde se souvient qu’il s’était proclamé « candidat indépendant », prenant de court cadres et militants de son propre parti, le PPRD (Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie), qui pensait devoir naturellement procéder à son investiture.
Cette fois encore, il vient de créer une petite surprise en s’affichant comme candidat de la Majorité Présidentielle, coupant court aux rumeurs qui l’annonçaient tantôt comme indépendant, tantôt comme poulain du PPRD. Les milieux proches de ce présidentiable indiquent que celui-ci n’a pas voulu prendre le risque d’une candidature indépendante, ni celui d’une candidature parrainée par le PPRD. S’agissant de ce parti politique, il a décidé de briser les chaînes d’une prise en otage par des gens qui se réclament du « Kabilisme » pur et dur alors que leurs rangs présentent de graves fissures, suite à des querelles de positionnement interne entre individus.

Le rythme de création de nouveaux partis membres de la MP par d’anciens cadres du PPRD a convaincu Kabila de viser le label MP. Ainsi, des partis ou regroupements politiques de son camp qui hésitaient à signer l’acte fondateur de la Majorité Présidentielle ou n’osaient pas se prononcer ouvertement en faveur de sa candidature, avant son annonce officielle par lui-même, peuvent à présent se déterminer. Il joue visiblement la carte de rassembleur afin de maximiser ses chances de succès à la présidentielle.

Tshisekedi : la dynamique de Fatima
La difficulté de gérer les ambitions politiques des membres de l’Opposition a été vaincue le mercredi 24 août dans la salle des conférences de la paroisse Notre Dame de Fatima, où la majorité des partis et regroupements politiques de cette famille politique ont plébiscité Etienne Tshisekedi « candidat commun ». La dynamique de Fatima s’est confirmée hier mardi 30 août par le dépôt entre les mains de l’intéressé, du procès-verbal consacrant sa désignation unanime comme porte-étendard de l’opposition à la présidentielle.

Porteur de l’idéal d’un Congo nouveau, le président national de l’UPDS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), qui peut désormais compter sur un très large cercle des « forces acquises au changement », est en droit de mettre le cap sur les élections. Les marques de sympathie reçues des Congolais de l’étranger et de la communauté internationale lors de sa tournée euro-américaine (mai-juillet 2011) ainsi que les foules qu’il a drainées lors de ses récents meetings à Lubumbashi, Kasumbalesa, Kipushi, Likasi, Kolwezi et Kinshasa le confortent dans sa quête du fauteuil présidentiel.
Fortement motivé dans sa peau d’opposant, Etienne Tshisekedi ne semble pas du tout se préoccuper de l’agitation que tentent d’entretenir, autour de sa candidature, ses prétendus partenaires politiques dont certains siègent encore au sein des institutions de la République. Les coups fourrés à répétition reçus à l’époque de l’USOR (Union Sacrée de l’Opposition Radicale) et de l’USORAL (Union Sacrée de l’Opposition Radicale et Alliés) l’ont certainement  aguerri.

Kimp

Leave a Reply