Julien Paluku dénonce la distraction du Rwanda

Accusé par le régime de Kigali d’être chargé d’identifier les FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda) en vue d’une éventuelle collaboration avec l’armée loyaliste congolaise, le gouverneur du Nord Kivu rejette en bloc les allégations du Rwanda qu’il qualifie de diversion pour ne pas trouver une solution définitive à la question de ses concitoyens.
C’était au cours d’un point de presse qu’il a animé, le jeudi 5 juillet dernier à Goma, que Julien Paluku Kahongya a répondu aux accusations du Rwanda contre sa personne.
Le gouverneur du Nord-Kivu répondait ainsi aux propos tenus au cours de la même semaine sur AFP par la directrice de communication du président rwandais Paul Kagame, Mme Yollande Makolo.
Selon cette dame du sérail de Paul Kagame, Julien Paluku a été chargé d’identifier les personnalités ayant des contacts avec les Fdlr et à même de permettre un lien avec le commandement en chef des Fdlr en vue de le convaincre de reprendre la collaboration avec les FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo), et planifier les attaques terroristes contre le Rwanda.
C’était l’occasion pour le numéro un de l’administration provinciale de rappeler au régime de Kigali les différentes preuves de la bonne volonté de la Rdc à militer pour le retour de la paix dans la région des Grands Lacs.
 
Les nombreux traités et accords conclus dans le sens ont été brandis par Julien Paluku comme gage de bonne de la bonne volonté de la RD Congo qui, malheureusement a toujours été contrariée par le régime de Kigali.
Dans la foulée, il a rappelé notamment le Communiqué conjoint signé à Nairobi entre la République démocratique du Congo et le Rwanda pour mettre fin à la menace pour la paix et la stabilité des deux pays et de la région des Grans Lacs.
Il y a eu aussi la rencontre de Kisangani et celle de Brazzaville en guise de confirmation. Conséquences de ces rencontres, la Rdc avait procédé au regroupement des combattants Fdlr à Kasiki dans le territoire de Lubero, suivi de leur rapatriement sous la supervision de la commission nationale pour les réfugiés en partenariat avec le gouvernement provincial du Nord Kivu et la HCR, etc.
« Voici la vérité sur la prétendue réorganisation des Fdlr par le gouverneur du Nord Kivu dont le souci majeur est de voir le Nord-Kivu débarrassé de ce mal qui le ronge à savoir les Fdlr qui pillent, volent et violent les Congolaises et Congolais et non les Rwandaises et Rwandais », a déclaré le conférencier.                         
 
Dom

Leave a Reply