Jean-Paul II et Jean XXIII : modèles de notre temps

jean xxiiiL’Abbé Augustin Bita a exposé tour à tour sur les pontificats de Jean XXIII et de Jean-Paul II afin de dégager les traits saillants  les caractérisant. C’était au cours du colloque organisé hier jeudi 3 avril 2014, à la paroisse St Léopold, à Ngaliema. Au cours de cette présentation, l’Abbé Bita a fait savoir que ces deux papes ont eu à apporter beaucoup à l’église catholique. Ils incarnent chacun le renouveau assez bénéfique pour la vie intérieure et extérieure de l’église catholique avec beaucoup d’humilité et de simplicité. Ces deux souverains pontifes ont été présentés comme des modèles de notre temps à travers leur spiritualité, œuvres et doctrine respectives…. « Dans les tout prochains jours, ces deux papes seront élevés à la gloire des autels et vont être comptés  parmi les saints de l’Eglise parce qu’ils sont porteurs de changement, d’humanité, d’espérance et de l’esprit  de Dieu au cœur de l’église catholique, a-t-il indiqué.

Selon l’Abbé Augustin Bita, le pape Jean-XXIII fut un père du peuple, porteur d’humanité, de bonté et d’espérance tout azimuts au cœur de la vie des hommes du seul terroir romain. Il fut également pasteur universel à la manière du seigneur Jésus Christ, le berger unique et incomparable du troupeau, soucieux de briser toutes formes de barrières que partout font surgir le manque de cœur, l’égoïsme, la méchanceté des hommes, etc.

Ce pape qui était né en 1881 en Italie, était devenu prêtre en 1904, Evêque et visiteur apostolique en Bulgarie en 1925, délégué apostolique en Turquie et en Grèce entre 1935 et 1944, Nonce en France en 1944, Cardinal et Patriarche de Venise en 1953…Il a laissé le souvenir d’un brave «Monsignore». Il avait choisi  qu’on puisse l’appeler «Jean» parce qu’il avait signifié aux membres du sacré-collège que les vingt-deux souverains pontifes qui portèrent ce nom avant lui, eurent presque tous un pontificat de courte durée. Mais son élection n’avait rien avoir avec celle d’un pape de transition, car, il avait éclaté puissamment le miracle appelé « Roncalli », a-t-il souligné.

L’Abbé Bita a ajouté que le pape Jean XXIII s’imposait au monde, il volait au secours des malades, prisonniers de droit commun ainsi que des personnes âgées. Il montrait partout un visage de la papauté où dominaient l’humanité, la bonté, la charité. Il avait fait un bref passage sur le trône de Pierre vers 1958-1963 et avait publié 8 encycliques. Deux restent particulièrement célèbres et continuent à frapper l’opinion, à savoir, « les encycliques «Mater et Magistra», «Pacem in terris »

Il a insisté sur le fait que le pape Jean XXIII reste un grand et semble parmi les souverains pontifes du XX eme  siècle, le premier à avoir réellement écouté d’une oreille attentive le monde, à avoir reconnu, saisi, perçu l’ampleur et la profondeur du mouvement œcuménique qui fut son centre de bataille, de sa pensée majeure. Son passage au sommet du gouvernement de l’église fut décisif, car il a engagé celle-ci dans un mouvement où jusqu’alors les efforts de regroupement avaient été surtout le fait des chrétiens séparés de Rome. Après sa mort en 1963, il a été remplacé par Paul VI.

En ce qui concerne les traits majeurs qui ont caractérisé le pape Jean-Paul II, l’Abbé Augustin a fait savoir que ce pape s’était érigé en défenseur intransigeant de l’éthique sexuelle et familiale traditionnelle  qui forme en grande partie la personnalité de l’enfant et de l’adolescent, de l’adulte de demain. C’est sur elle que repose l’avenir du monde sous toutes les latitudes. Ses considérations sont marquées sur  l’importance de la dignité humaine et de la famille, contre l’individualisme, l’hédonisme et la permissivité qui engendrent une tendance accrue à la l’euthanasie. Ce pape fut élu en 1978. Il avait, avant d’entrer au séminaire, exercé un métier manuel et avait écrit des pièces de théâtre. Il fut aumônier des étudiants en France, Evêque à 38 ans, Archevêque à 44 ans, Cardinal à 47 ans. Il avait choisit d’être le défenseur des droits de l’homme sous toutes leurs formes. Durant  son pantificat, il a eu à traiter des thèmes sur l’appel des croyants à la sainteté. Il eu une soif immense de vouloir convertir le monde et ses peuples.

Muriel Kadima  

Leave a Reply