Inquiétudes des candidats présidents de la République et députés : tous les vols locaux affichent

La campagne électorale dans l’arrière-pays risque d’être très compliquée pour les candidats autres que ceux de la Majorité présidentielle. Et pour cause ! Toutes les sociétés aériennes couvrant le réseau domestique, affichent «full». Pas de place disponible pour des vols à destination de l’intérieur du pays, devant toute la période de la campagne électorale. L’explication de ce trop plein des passagers a été fournie, mercredi dernier, à l’Hôtel Memling, par Vital Kamerhe, à l’occasion de la séance d’ouverture du colloque organisé par la Dynamique pour des élections apaisées au Congo.

Le président de l’UNC qui envisage de se rendre dans certaines provinces de la république, pour battre campagne, n’a pas réussi à arracher une place à bord des vols à destination de l’intérieur du pays. Première possibilité de voyager, lui a-t-on dit, après la période de la campagne. D’où sa colère face à une situation qui va le clouer à Kinshasa avec une faible marge de manœuvres pour les provinces limitrophes de Kinshasa, notamment Bas-Congo et Bandundu. Surpris et déçu, Vital Kamerhe dit ne pas savoir à quel saint se vouer, car comment se déplacer dans les provinces où l’état de routes laisse toujours à désirer ?
Tous les avions, a-t-il laissé entendre à ce forum, sont loués par la Majorité présidentielle. Cachant à peine sa déception, il a dit que cela frise la tricherie.
Il s’est alors interrogé comment pourrait-il se déplacer dans ces conditions.

Le problème de plein pour les vols domestiques va certainement handicaper les candidats présidents de la république de l’opposition, qui ne sauront pas sillonner l’intérieur du pays et battre campagne dans les provinces.

Dans tous les milieux de l’opposition, d’autres voix se sont élevées pour dénoncer cette stratégie de freiner les adversaires politiques.
Il est maintenant clair que ceux qui ont battu campagne avant le coup d’envoi de la Ceni, savaient qu’ils allaient empêcher les autres candidats députés de voyager pour l’intérieur. N’est-ce pas qu’en prévision de cette situation, la plupart des membres de cette famille politique se trouveraient à l’intérieur du pays dans des coins où ils n’avaient pas charmé les électeurs ?
Une fois de plus, les règles du jeu démocratique qui voudraient que l’on puisse accorder les mêmes chances à tous les candidats, quelle que soit leur famille politique, ne sont donc pas respectées.
La question que d’aucuns se posent est celle de savoir comment donner la chance aux autres concurrents, aujourd’hui bloqués à Kinshasa, d’aller rejoindre leurs bases, eux qui étaient respectueux du calendrier publié par la Ceni.

Une fois de plus, l’opposition est en droit de crier à la tricherie et de réclamer des sanctions. Sera-t-elle entendue à cette ultime occasion, quand on sait que tout ce qu’elle propose à la Ceni, n’a jamais été adopté par la Majorité?
La question demeure et mérite une réponse pouvant rassurer les autres candidats présidents de la république et les candidats députés de l’opposition ou indépendants. Surtout que tous les acteurs politiques se sont dit attachés à l’organisation des élections libres, démocratiques, crédibles, transparentes et apaisées.

JRT

Leave a Reply