Inquiétante baisse du Fleuve Congo : l’ADG Yengo de la Snel: «Ce phénomène est cyclique»

L’ADG Yengo a animé hier lundi 15 août 2011 à la direction générale de la Snel une conférence de presse à l’intention des journalistes qui s’étaient rendus le week – end passé au Bas- Congo  s’assurer effectivement du phénomène d’étiage à Inga. Il était entouré de l’Adt  Lokala, des responsables chargés du programme d’extrême d’urgence pour la desserte en énergie électrique à Kinshasa, à savoir les ingénieurs Clément Mukendi,  Sayila ; du directeur Jean- Paul Bompoko…  En clair, ils  ont apporté un éclairage supplémentaire  sur le travail en amont abattu par la Snel en attendant la reprise des pluies dans la partie ouest et sud du pays.

D’entrée de jeu, Yengo Massampu a fait remarquer que l’étiage est un phénomène cyclique. Il survient généralement après un siècle. En 1905, il y a eu des relevés des données sur l’emplacement actuel du site d’Inga. Cette année là, on avait connu un étiage très sévère.  Toutefois dans le cadre du programme d’extrême d’urgence en desserte électrique pour la capitale, les travaux avancent relativement bien. D’ici décembre 2011, tout sera mis en oeuvre pour la remise en service des groupes à l’arrêt. Il s’agit de G13, G23, G26,  G13….  Au terme des travaux de réhabilitation de ces groupes, on aura 416 MW supplémentaires.
Entre-temps, on est déterminé à fiabiliser la ligne de transport Inga- Kinshasa. Néanmoins, le délestage zéro sera effectif au terme de la construction de  la seconde ligne de transport , a-t-il souligné.

Le problème ne se pose vraiment pas en cette période  au niveau des postes injecteurs de Funa, Utexco, Liminga, Lingwala. La Snel compte près de 800 cabines.  Une quantité non négligeable  de ces cabines est déjà réhabilitée. «Pour assurer une bonne distribution de l’énergie électrique, nous sommes  obligés de faire la maintenance du matériel», a-t-il indiqué. Daniel Yengo  a confirmé avoir commandé 35 cabines de décharge et plusieurs kilomètres de câbles électriques. En raison du phénomène d’étiage,  le matériel électrique en provenance de l’extérieur transite parfois par Pointe Noire. Transborder ce matériel et le ramener  à Kinshasa prend  des mois. En outre, ils veulent protéger les cabines en les dotant des disjoncteurs, fusibles etc. La Snel et le gouvernement provincial cherchent à inventorier  les sites  censés abriter les cabines de décharge.

De leur côté, les ingénieurs Mukendi et Sayila ont fait remarquer que la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement vont prêter main forte aux « fabricants » d’énergie. La Banque Mondiale pourrait débloquer 1,200 milliards des dollars. Entretemps, on va renforcer la ligne qui relie Inga à Kasumbalesa. La Snel va alors mieux vendre de l’énergie aux autres pays africains, mais aussi électrifier des coins  non encore éclairés Kimbanseke, Kisenso, Mpasa, Malueka… souvent plongés dans le noir, seront électrifiés dans un avenir proche grâce au financement cité ci-haut.
Que fera la Snel au cas où les pluies ne reprenaient pas dans la partie ouest ? Pourquoi avoir oublié Ndjili et Kimbanseke en ce qui concerne la pose des cabines de décharge ?

Reprenant la parole ,  Yengo a dit qu’ ils vont être amenés à se tourner du côté des brazzavillois pour nous dépanner. « Nous n’avons aucune raison de nous alarmer. Les pluies tombent déjà du côté de l’Equateur et de la Province Orientale… D’ici peu, la partie ouest sera également arrosée », a-t-il indiqué.
Il a précisé  qu’en privilégiant Gombe avec 10 cabines de décharge et certaines  communes ,  ils n’ont pas voulu faire du saupoudrage.  En réalité, on a besoin de près de 250 cabines de décharge.  S’agissant des  fonds vautour, il a dit  qu’ils demandent des fois à leurs partenaires  de s’occuper  du fret du matériel commandé. La conférence de presse terminée, les chevaliers de la plume ont été priés de voir de leurs propres yeux des cabines de décharge entreposées dans le dépôt atelier de la Snel.

Le troisième temps fort de cette journée a été la  descente des hôtes de  Mukendi et  Bompoko aux postes de Funa, Liminga à Kingabua et Utexco  Lors de cette ronde,  Mukendi a donné des explications détaillées sur les efforts déployés par la Snel pour retaper les transformateurs tombés en panne dans ces postes, ou encore acquérir des transformateurs neufs. « Les journalistes vont couvrir d’ici peu la cérémonie du lancement officiel des travaux de la construction de la seconde ligne Inga- Kinshasa », a-t-il souligné.

Jean-Pierre Nkutu

Leave a Reply