Industrie minière en RDC : BANRO voit grand dans la cour des «grands»

Le conseil d’administration de Banro Corporation a procédé hier mercredi 13 juin 2012 à la présentation de des activités de cette société minière en République Démocratique du Congo. C’était en la salle Virunga de l’hôtel Memling, dans la commune de la Gombe, à Kinshasa.
Cette cérémonie haute en couleurs s’est déroulée en présence du ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, Modeste Bahati Lukweba, d’un représentant du ministre des Mines, de plusieurs élus du Kivu , des opérateurs du secteur minier en RDC , du représentant de l’ITIE, etc.
Trois temps forts ont marqué cet événement, à savoir la présentation des activités de Banro par le Président et Directeur de cette firme aurifère, Simon Village ; des réalisations sociales de Banro par le responsable de sa fondation, Martin Jones ; et enfin les échanges entre les membres du Conseil d’Administration de Banro et les participants.
Dans son allocution de circonstance, le responsable numéro 1 de Banro, Simon Village a, avant de présenter les activités de son entreprise, fait un bref aperçu historique de Banro. Il a rappelé le contexte de la convention minière entre Banro et Sominki, de la création de Sarkima et Somico, pour terminer par l’accord de règlement à l’amiable et la liquidation de Somico.

Il a souligné que Banro a réussi à atteindre un objectif important en achevant la construction d’une usine minière moderne et performante à Twangiza, dans la province du Sud-Kivu, après plusieurs années de recherche, d’études de faisabilité , de contretemps. C’est grâce au soutien aussi bien des investisseurs extérieurs que du gouvernement que le projet a pris corps.
« Cet accomplissement majeur a permis à Banro de produire son premier lingot d’or en octobre 2011 et ceci placera la société sur une nouvelle lancée de développement et d’investissement continus en RDC », a-t-il souligné.
Cotée en Bourse sur les places de Toronto et de New York , Banro envisage de commercialiser la production du site de Twangiza pour la fin du 2ème trimestre de l’année en cours et la production de Namoya pour le 2ème trimestre 2013, grâce à un emprunt de 175 millions de dollars . La grande ambition de cette firme est de devenir la plaque tournante de la production et de la commercialisation de l’or en RDC, avec des effets d’entraînement dans les milieux d’implantation de ses usines.
Simon Village a fait savoir que les trois objectifs principaux de Banro pour réussir en 2012 et au-delà sont :
-amener rapidement l’usine de Twangiza vers une production commerciale pour financer le développement futur de la ceinture aurifère et ses engagements dans la région ;
– démontrer aux investisseurs que la ceinture aurifère a un fort potentiel de croissance ;
– et développer les autres projets aurifères à Namoya, Lugushwa et Kamituga.


Il a indiqué que 4000 emplois ont déjà été créés par Banro, qui est devenue en moins d’une décennie le plus grand employeur de la RDC dans la région.
«Outre les emplois, cette entreprise minière a contribué à la réhabilitation des routes à l’Est du pays et compte identifier des sites pour des projets hydro- électriques à long terme », a poursuivi le patron de Banro.
Pour sa part, le président de la Fondation Banro, Martin Jones, a réaffirmé la détermination de son entreprise à investir dans le domaine communautaire avec comme priorité le développement des infrastructures sociales, notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé.
Il a illustré cet engagement par la construction de quatre nouvelles écoles à l’Est, et d’un nouveau centre multidimensionnel pour les femmes à l’hôpital général de Panzi, à Bukavu, sur fonds propres de Banro.
Quelques députés présents dans la salle Virunga de l’hôtel Memling ont témoigné de l’impact social réel de cette entreprise aurifère dans leur province, tout en louant son investissement à l’Est du pays, dans un contexte post-conflit.
De son côté, le représentant du ministre des Mines a rappelé aux responsables de Banro le payement de 200 millions de dollars que cette entreprise doit à l’Etat et d’autres redevances. A ce sujet, Simon Village a fait remarquer que les négociations sont en cours avec le gouvernement pour régulariser cette situation.
Il faut noter que le ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, Modeste Bahati Lukwebo, a pris la parole en dernier ressort pour exhorter les responsables de Banro à un partenariat positif avec son ministère, dont l’une des missions principales consistent à lutter contre le chômage.

ERIC WEMBA

Leave a Reply