Incendie de RLTV : Roger Lumbala : «La menace a été faite lundi à 20h au siège de PPRD de Sendwe»

« Lundi soir, l’un de nos animateurs, en l’occurrence Ndeko Basile a été menacé par les cadres du PPRD sous prétexte que nous soutenons la candidature d’Etienne Tshisekedi, » a déclaré mardi à la presse Roger Lumbala, le patron de Radio Lisanga Télévision (RLTV), au siège de sa télévision. Roger Lumbala a ajouté : « Ils (cadres du PPRD) ont précisé : ‘Nous allons brûler votre chaîne et la permanence de l’UDPS. C’était le lundi à 20h au siège de PPRD de l’avenue Sendwe». Le président national du RCD/N a poursuivi en ces termes : « Il est clair que c’est le PPRD qui allume le feu. Lorsque les menaces sont mises à exécution, son message est claire. » Il a ensuite fait ce rappel. « Il y a trois semaines, j’ai rencontré l’inspecteur général intérimaire de la police, Bisengimana. Je lui ai demandé la protection de notre chaîne, mais rien n’a été fait», a dit Roger Lumbala.

Le patron de RLTV ne s’avoue pas vaincu, il pense déjà à une marche à organiser dans les prochains jours. « Nous invitons les congolais à manifester à travers une marche dont nous allons fixer la date pour dire à Kabila et à la communauté internationale qu’il n’y a pas respect des médias en Rd Congo».

J. Olengankoy : «Ce sont des signes de fin de règne»

Le leader des FONUS est arrivé au siège de RLTV pour consoler et encourager son frère de lutte Roger Lumbala. Ce dernier a fait visiter les installations incendiées de la chaîne à Joseph Olengankoy. Se confiant à la presse à l’issue de la visite, Celui-ci n’est pas allé par le dos de la cuillère pour déclarer : « C’est vraiment déplorable ce qui est arrivé. Ce sont des signes de fin de règne. C’était comme cela avec Mobutu. Depuis que cet incident a eu lieu, aucun service de l’Etat n’est passé ici pour s’enquérir de la situation. Nous allons tout droit vers un non-Etat».

Sur la question du coût des dégâts occasionnés par l’incendie des installations de RLTV, Roger Lumbala l’évalue entre 700 et 800.000 dollars américains. En fait, RLTV présente pour le moment une image apocalyptique. A voir de près, rien n’est à récupérer de ce qui faisait vivre cette chaîne. Dans la salle de montage, si un écran pourrait «survivre », aucune unité centrale des ordinateurs n’est plus en mesure de fonctionner.
Le feu a laissé des traces partout, dans la salle de montage comme dans les studios, ainsi qu’à l’extérieur de la maison. Tout est noir. Sur l’avenue Tombalbaye, la route passant devant RLTV, ceux qui avaient brûlé RLTV ont jeté certains objets dehors. Selon Roger Lumbala, ceux qui étaient venus brûler sa chaîne portaient des armes et des machettes et n’ont trouvé que des jeunes gens qui n’ont trouvé leur salut que dans la fuite.

Mardi, la police était là en train d’observer les va et vient des gens au siège de RLTV. Des jeunes-gens présents sur l’avenue Tombalbaye ont lancé un appel des fonds pour relancer RLTV. Le chauffeur d’un taxi-bus a fait arrêter son véhicule à ce niveau et a demandé à ses clients de donner de l’argent aux jeunes-gens pour relancer la chaîne. La détermination de la population est totale pour remettre RLTV sur les rails et en très peu de temps.
Tout compte fait, le processus électoral en Rd Congo entre dans un cycle de violence qui, si l’on n’y prend garde, risque d’embraser le pays.

Jean- René Bompolonga et Chrétienne Mpolesha (stg/Ifasic)

Leave a Reply