Immeuble du quartier Bon Marché : le génie militaire à l’œuvre, le propriétaire toujours invisible !

Les techniciens du génie militaire sont à pied d’œuvre depuis bientôt  une semaine dans le travail de démolition de l’immeuble de la « mort » du quartier Bon Marché, situé au croisement des avenues Progrès et Flambeau. Cette tâche qui a commencé par le détôlage, s’est poursuivi avec l’anéantissement total du 3ème et dernier étage, le vendredi 15 novembre 2013. Les ouvriers qui ont observé une pause du week end, vont reprendre ce service ce lundi 18 novembre.

 En effet, à en croire l’Ingénieur Balak’Ompandze Bompandze Dénie rencontrer dans ce chantier, le corps de génie militaire a répondu positivement à l’invitation des autorités qui ont instruit la démolition de cet édifice en phase d’écroulement, au regard de son affaissement dans sa partie arrière. « …Nous avons entrepris de le faire à mains d’hommes de haut vers le bas, afin de faire descendre l’immeuble petit à petit et ainsi éviter de causer n’importe quel dégât ou accident dans son environnement immédiat… » a renseigné ce spécialiste.

Cependant, a-t-il fait noter, le premier travail à être fait sur place a été la stabilisation de l’immeuble avec des vérins pouvant supporter 100 tonnes. Ayant éliminé les tôles et le dernier niveau, à partir de ce lundi les ouvriers ont entamé la démolition du 2ème niveau. Faute d’espace dans ce quartier de Bon Marché où les maisons sont très serrées, l’ingénieur a justifié la fabrication d’une lisière afin de faire passer de gros matériels et d’éviter ainsi des chocs qui pourraient être fatals à l’immeuble.

Il convient de noter, à sa suite, qu’avec les travaux déjà réalisés, le danger est minimisé. Avec l’achat de certains autres outils non prévus au départ, la fin de cette activité pourra intervenir dans 4 ou 5 jours.

Le propriétaire toujours porté disparu

 Au sujet du propriétaire de l’immeuble, alors que les voisins déplorent son silence déconcertant depuis le début de cette affaire, les « démolisseurs » ont quant à eux indiqué n’avoir vu aucun individu se réclamant comme tel depuis le début des travaux. « On ne l’a pas vu. On nous parle de lui, mais si le bâtiment s’est affaissé, c’est parce qu’il l’a très mal construit. Il a inversé les tâches, c’est-à-dire au lieu de prendre la charge de dessus et la mettre en-dessous, il a fait justement le contraire. En plus, l’ancienne fondation a été utilisée pour soutenir 4 niveaux. Ce qui est impossible… », a regretté l’Ingénieur Balak’Ompandze, soulignant par ailleurs que même le dosage est nul !

Tout en dénonçant la pratique des « Ingénieurs-patrons », il a enfin exhorté tout le monde à la responsabilité afin d’éviter des dégâts du genre de ce qui a été vécu au quartier GB.

Pour leur part, les habitants du quartier ont exprimé leur satisfaction de voir le danger s’éloigner de leurs habitations. Eux non plus n’ont pas encore vu le propriétaire qui serait procureur de la République de son état et catégoriquement opposé à la destruction de son bien.

A titre de rappel,  ce bâtiment a donné de la sueur froide à ses voisins, trois semaines durant, car sous menace d’écroulement. En marge de sa fermeture par les autorités urbaines et nationales, un accrochage a été même observé entre éléments de la Police nationale et ceux de la Garde Présidentielle, à cet endroit, pour des raisons non élucidées pour le public.

            A la suite d’un long mutisme des autorités, les travaux de démolition ont commencé, à la grande satisfaction de la population, le mercredi dernier. D’ici la fin de cette semaine, tout le monde est convaincu que, non seulement les barrières seront levées sur ce tronçon situé entre Progrès et Titres Fonciers, mais que les activités pourront normalement reprendre dans ce coin de Barumbu.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply