Handicap international vole au secours des personnes vulnérables

 Handicap international, ONG qui s’intéresse aux problèmes des personnes avec handicap, a depuis qu’il a ouvert ses bureaux à Kinshasa, réalisé quelques projets et lancé plusieurs activités.
 Dans le volet encadrement, l’objectif principal poursuivi par Handicap international est de lutter contre la stigmatisation, la discrimination et les violences faites à l’égard des personnes avec handicap. Pour cette ONG, ces personnes jouissant de tous les droits, doivent être considérées comme des citoyens à part entière. Et en tant que tels, elles doivent bénéficier de l’attention particulière du gouvernement, et des autres institutions de la république.

Aussi pour se faire respecter, les personnes avec handicap doivent être encadrées par des structures appropriées et expérimentées  pour qu’elles comprennent que par leurs actes, bons ou mauvais, elles récoltent les images qu’elles offrent à la société. Si certaines s’illustrent souvent par leur ronde quotidienne des bureaux et des magasins en quête de l’aumône, et quelquefois adoptent des attitudes agressives, ce genre de comportements  a été pour beaucoup dans leur stigmatisation, au point qu’elles ne sont plus accueillies avec courtoisie, ni égard particulier.
Voilà pourquoi Handicap international avait entrepris par une série d’actions, une campagne de sensibilisation qui vise redonner confiance aux personnes avec handicap, afin de les aider à ne pas sombrer dans le désespoir. Handicap international veut susciter en elles-mêmes, d’abord une confiance en soi, avant de les inviter à prendre conscience qu’en tant que citoyens, elles peuvent rendre beaucoup de services à la nation. Nombre d’entre elles ont suivi une formation et exerce un métier rémunérateur.


C’est fort de cette réalité qu’à l’initiative de Mme Sophie Texier, sa directrice,  cette ONG a signé dernièrement un partenariat avec la Coopération technique belge, par le biais du Projet d’appui à l’enseignement technique et formation professionnelle, représenté par son coordinateur Joël Leroy, et d’autres structures, pour lancer un programme spécial de formation professionnelle destiné aux personnes avec handicap. Ce projet qui s’insère dans le programme national de l’enseignement technique et formation professionnelle en RDC, permettra aux personnes avec handicap qui le désirent de suivre des cours théoriques et pratiques dans les filières techniques qui sont développées dans notre pays.
 Ce projet constitue une grande avancée dans l’amélioration des conditions des personnes avec handicap. Car, il permettra à bon nombre d’entre elles, de suivre des cours techniques, d’acquérir des savoirs techniques et des réflexes de technicien, pour résoudre des problèmes dans divers domaines. Hommes et femmes affectés par un handicap, pourront dès lors exercer un métier qui leur ouvrira les portes aux emplois techniques. Ce métier constitue une opportunité leur offerte pour l’autoprise en charge. Ainsi ils ne constitueront pas une charge pour leur famille, mais par contre, ils pourront subvenir à leurs besoins.


Les plus entreprenants d’entre eux, comme il faudrait le relever, pourront plus tard créer leurs propres entreprises  et donner des emplois à d’autres compatriotes. En tissant des liens de partenariat avec le Projet d’appui à l’enseignement technique et formation professionnelle et les structures de formation disséminées à travers le pays, les responsables d’Handicap international visent concourir à l’amélioration des conditions sociales des personnes avec handicap, par leur formation.
Avec cette passerelle de collaboration, c’est l’avenir des personnes avec handicap qui est toute tracée et qui sera en déphasage avec des époques reculées où elles étaient déconsidérées dans leur société. A l’issue de la première année de l’expérimentation de la formation massive des élèves avec handicap, la RDC pourra compter une main-d’œuvre qualifiée prête pour être déversée au sein des industries.

Leave a Reply