Guerre ouverte contre l’impunité en RDC

 

         La Coalition congolaise pour la justice transitionnelle (C.C.J.T.) réclame une justice juste  pour des milliers de victimes qui ont subi des violations de leurs droits pendant les conflits et même après les années post-conflits qu’a connus notre pays. Cela pour que cesse l’impunité qui a élu domicile en Rd Congo. Cette vision a conduit la CCJT a organiser, du 27 au 29 janvier 2011, un atelier sur « L’implication des acteurs étatiques/politiques en faveur de la mise en place des mécanismes de justice transitionnelle en Rd Congo ».

 
            Les membres de cette coalition, venus de plusieurs provinces aussi bien de l’Est que du centre, martyres des conflits armés de notre pays, ont participé activement à la réflexion sur la Justice Transitionnelle’ à mettre en place dans cette période d’après conflits pour panser les blessures morales, physiques et intellectuelles provoquées par des années de guerre subie. Le Rapport Mapping sur les crimes commis en RD Congo, publié le 1er octobre 2010 par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, a été décortiqué et analysé à cette occasion.

          A l’ouverture comme à la clôture des travaux, un appel a été lancé par Raphaël Wakenge, coordonateur de la CCJT, pour que chaque participant et chaque congolais puissent s’approprier cette lutte et faire sa part du travail pour que notre pays recouvre la véritable paix que procure la justice. Pour arriver à cette fin, aussi bien la population, les Ong que les décideurs doivent beaucoup réfléchir pour découvrir les méthodes appropriées à même d’apaiser les blessures sociales et réconcilier les individus et les groupes. C’est là, pour Raphaël Wakenge, la raison majeure qui a conduit plusieurs de ces participants à abandonner leurs occupations quotidiennes pour venir dans la capitale  apporter leurs contributions à cette recherche de solution.

          Pour aider les participants à mieux comprendre les enjeux de la justice transitionnelle dans notre pays, plusieurs thèmes ont été développés, tels que « Etat de lieux de la justice transitionnelle en RDC » ; « Les options de la justice transitionnelle » ; « Pilliers de la justice transitionnelle » ; « Justice transitionnelle et Commission vérité et réconciliation » ; « Le Rapport mapping et la justice transitionnelle en RDC » etc. A l’issue de ces travaux, il y a eu une  réflexion pour harmoniser deux esquisses sur la proposition de loi portant la mise en place des chambres mixtes au sein des juridictions congolaises : l’une élaborées par le gouvernement et l’autre par la CCJT.

          Par ailleurs à la fin des travaux, la représentante de l’Institut pour la Justice et la Réconciliation (IJR), Mme Marianne Matshikiza, qui a appuyé ces assises, a encouragé l’effort fourni et les résultats obtenus par ces travaux grâce à une synergie des ongs provenant de toutes les provinces de la RD Congo. Pour lutter contre l’impunité, elle a souhaité que cette collaboration des acteurs de la société civile se développe dans l’avenir. En participant elle-même à ces travaux, elle a avoué avoir beaucoup appris sur la Justice transitionnelle et la lutte contre l’impunité.

   SAKAZ

 

Leave a Reply