Guerre de l’Est : CICR, les déplacés crient famine

 

Franz Rauchenstein, chef de la délégation du Comité International de la Croix Rouge  « CICR » en RDC a évoqué dernièrement la situation dramatique des déplacés au Nord Kivu.

            «Une de nos équipes s’est rendue à Sake à l’ouest de Goma pour la première fois depuis les événements  Nous sommes allés au camp de Nzulo près de Mugunga Il a été constaté que les déplacés avaient déserté le site pour retourner à Sake et qu’ils avaient besoin d’aide Ils n’ont pratiquement plus des vivres et n’ont pas accès à leurs champs ».

            Et d’ajouter qu’une autre équipe des humanitaires  est en route pour Minova au Sud Kivu où un afflux de blessés pour la plupart des militaires  a été signalé. Le CICR, lit-on dans un  communiqué de presse remis au Phare suit également de près la situation des populations civiles à Masisi et  Rutshuru.

            Frank Boyer, chef de la sous délégation du CICR/ Goma, a relevé que le personnel médical éprouve de sérieux problèmes ces derniers jours.

            Parlant des secours et interventions médicales menées dernièrement, il a laissé entendre  que l’équipe chirurgicale du CICR  affectée à l’hôpital de Ndosha a opéré une trentaine de personnes, en majorité des civils .Et de préciser que le manque de matériel, des locaux et du personnel  (un seul anesthésiste) ne permettent pas une prise en charge rapide des personnes en détresse.

A l’hôpital militaire de Katindo, toujours à Goma, des patients attendent  impatiemment d’être soignés. Une seconde équipe chirurgicale du CICR devrait y être envoyée.

            Par ailleurs, la livraison d’eau potable par camion  se poursuit à Goma, plus précisément aux centres  de transit pour enfants de Don Bosco, Notre Dame d’Afrique et aux hôpitaux de Ndosho et Katindo.

Cette distribution d’eau est rendue possible grâce aux livraisons de carburant effectuées  ces derniers jours par les humanitaires pour alimenter les générateurs, et par la même occasion  fournir de l’électricité aux banques de sang, aux hôpitaux ainsi qu’aux services d’éclairage public.

            En outre, le CICR a renforcé  son appui à la maison  d’écoute de la Croix- Rouge de la RDC à Minova qui accueille des victimes des diverses violences. Ces victimes reçoivent un soutien psychosocial avant d’être orientées vers le centre de santé pour obtenir si besoin il ya, des soins  pour les viols subis.

 Jean- Pierre Nkutu

Leave a Reply