Grâce à Vodacom Congo, les populations du Bas et Haut-Uélé peuvent désormais communiquer

vodacom-logo-Minées par les éléments de l’Armée de résistance  du  rebelle ougandais Joseph Koni, qui y sèment mort et désolation, les populations de deux districts du Bas et Haut-Uélé dans la  Province-Orientale, sont enfin connectées depuis mardi 25 mars 2014 au  premier réseau de télécommunications mobile en rd Congo, Vodacom.  La cérémonie officielle d’inauguration de ce projet  à impact social visible s’est déroulée  dans la localité d’Ango, en présence de plusieurs personnalités et autorités qui ont fait le déplacement sur place.

              Il y a lieu de citer  le Vice-gouverneur de la Province Orientale, Pascal Mombi Pana,  l’Ambassadeur des Etats-Unis en RDC, James Swan, la Directrice de l’Agence américaine pour le développement international  (Usaid), Diana B. Putman, le représentant du Chef de Mission de la Monusco à Kisangani, Idrissa Ba et le Dga de Vodacom Congo, Gaston Maduma.

            En effet, après les attaques macabres perpétrées par les forces de Lra en décembre 2009, faisant près de 321 victimes et l’enlèvement d’une centaine d’autres  personnes, le gouvernement américain s’était engagé  à trouver des solutions idoines   afin  de permettre  tant soit peu d’améliorer la sécurité des populations de cette région.  Notamment,  par la mise en place d’un système d’alerte précoce  pour  permettre à ses  compatriotes  non seulement de communiquer entre elles  mais aussi avec le monde extérieur.

            Il faut par ailleurs signaler que la matérialisation de ce projet de désenclavement  de la région d’Uélé est le fruit d’un partenariat  entre l’Ambassade des Etats-Unis en RDC à travers l’USAID, Vodacom Congo, Altobridge Mobile Connectivity  mais aussi  du soutient logistique de la Monusco.

            Ainsi,  pour  ce projet à impact immédiat,  quatre stations de base communément appelées « antennes cellulaires» ont été construites dans les cités de Bangadi,  Niangara, Doruma et Ango. Ces antennes ont la particularité d’avoir un coût faible d’installation et d’exploitation comparativement aux antennes classiques déployées par les opérateurs des télécommunications.

            Ce qui offre comme avantage sur le plan technique,  l’expansion de la couverture réseau dans les zones enclavées qui n’ont pas forcément le retour d’investissement des grands centres urbains.

            La mise en œuvre de cette nouvelle solution technologique a été rendue possible grâce à l’appui financier du peuple américain à travers l’USAID et l’intervention de l’équipementier Altobridge. En effet, ce dernier a fourni l’équipement nécessaire au déploiement de ces antennes à faible coût et a par ailleurs, assuré la formation des techniciens de Vodacom à cette nouvelle technologie. Quoiqu’ayant un rayon de couverture limité, il convient de souligner que ces antennes offrent néanmoins une connexion Internet 2G.  Grâce à ces efforts communs, environ 6.000 personnes ont accès à des services de qualité, non seulement de communication, mais aussi de transfert d’argent à travers les services M-PESA. Ceci renforce considérablement les systèmes locaux d’alerte précoce et prévient le genre de surprise que les populations ont vécu en décembre 2009.

            «Ce projet est un projet unique en son genre en RDC. En effet, ce partenariat public-privé permet aux populations locales de parler non seulement avec les membres de famille vivant à des milliers de kilomètres de leur village, mais aussi de communiquer avec les Forces Armées de la RDC, la Police Nationale Congolaise, et d’autres organisations internationales de protection des droits de l’Homme comme la MONUSCO quand des attaques sont perpétrées par les éléments de la LRA ou lorsqu’elles sont imminentes », a reconnu  Diana B. Putman, Directrice de l’Usaid/RDC.

            Prenant la parole pour sa part, Gaston Maduma a indiqué  : « En tant que  pionnier de l’innovation technologique en RDC, il était évident de participer à cette belle initiative qui va dans le sens des priorités du gouvernement  et qui contribue à améliorer la situation sécuritaire  et le retour effectif et définitif de la paix ».

            Enfin, cette initiative a le mérite  de s’inscrire dans la droite ligne de l’ambition de Vodacom en RDC, celle de  démocratiser l’accès des populations  à la communication ainsi  qu’offrir à ses abonnés et à ses potentiels clients une couverture totale, même dans les zones les plus reculées du pays.

VAN 

Leave a Reply