Forum Ceni-partis politiques :l’opposition claque la porte

Ce qui a visiblement mis le feu aux poudres   et sonné le couac dans cette concertation convoquée par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) pour discuter avec l’ensemble des 394 partis politiques reconnus par le ministère de l’intérieur  autour d’un code de conduite à tenir pour des élections apaisées serait liée à la motion incidentielle soulevée par  Lisanga Bonganga. Cet atelier s’est ouvert et clôturé hier lundi 25 juillet   dans la salle de cinéma du Palais du peuple, dans la commune de Lingwal,a en présence de Roger Meece, patron de la Monusco, et du Chargé d’Affaires a.i de l’Ambassade américaine en RD Congo. 

En effet, dans leurs  interventions, Lisanga  mais surtout  Franck Diongo du Mlp ont tous deux tenté de faire comprendre au président de la Ceni qu’avant la poursuite de l’atelier, l’opposition dans son ensemble, institutionnelle et  non institutionnelle   exigeait un entretien en aparté avec le bureau pour lui soumettre ses préalables.

En guise de réponse, Daniel Ngoy Mulunda a indiqué que le forum étant consacré à tous les  partis politiques. Rien n’empêchait l’opposition de soumettre ses préalables séance tenante  et en présence de tous. Cela, a-t-il a jouté, afin de ne pas arrêter le déroulement des travaux en commissions. Suite à  cette réponse du président de la Ceni,  la tension Franck Diongo, le premier, a pris la parole pour demander à ses collègues de l’opposition de vider les lieux. Aussitôt dit, aussitôt fait, comme un seul, les partis politiques de l’opposition sont sortis de la salle. Car, dans l’entretemps Ngoy Mulunda,  désemparé, a regretté la tension persistante entretenue  par les militants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps)  qui étaient venus faire le sit-in devant ses bureaux. A cet effet, les éléments de la  police ont dû intervenir pour sécuriser tout le périmètre
.
But  du Forum

Ce forum, conçu comme  un cadre  franc de dialogue entre les partis politiques et le pouvoir   devait amender les textes du  code de bonne conduite des partis politiques de 2006 élaboré  avec le concours de l’Eisa devenu caduc qui a  montré ses  limites pour l’adapter au contexte de l’heure avec l’apport des experts tant nationaux qu’internationaux  en matière d’éducation civique et électorale. C’est ainsi que Ngoy Mulunda a souhaité que de cette rencontre,  conformément à l’article 46 de son règlement intérieur qui stipule que la Ceni peut constituer des cadres de concertation avec les différentes institutions de la République, les organisations sociales et religieuses, y compris celle regroupant les femmes, les médias, les partis politiques et tout autre partenaire national et international,   naisse la confiance  mutuelle par des contacts entre les uns et des autres pour l’atteinte des objectifs communs de l’organisation des élections transparentes et apaisées afin d’éviter au pays de conflits et contestations inutiles, a-t-il prôné. Ce cadre démocratique -t-il affirmé, exige que les personnes soient capables d’échanger sur des questions qui les divisent. Par ailleurs, le président de la Ceni a annoncé  aux partis politique  que la Ceni, jusqu’au 24 juillet avait atteint 32.024.640 enrôlés dans l’ensemble du pays, raison pour laquelle celle-ci va mettre sur pied  les comités de méditation dans les  tout prochains jours dans toutes les provinces  avec l’appui technique de Eisa de comités de médiation de conflits. 

Signalons que  le président de la Ceni a ouvert le même jour au Grand Hôtel Kinshasa la session de formation des formateurs des membres des bureaux de  réception et  de  traitement de candidatures qui seront opérationnels dès le 4 août prochain. Cette formation leur permettra par la suite  de se déployer à travers le pays  pour former d’autres agents de la Ceni  des bureaux de réception et de traitement des candidatures (Brtc) qui auront la lourde charge  de gérer tous les contentieux.

Leave a Reply