Fonds détournés à la Polytechnique : les dénonciateurs confondus

Coup de théâtre le mardi 23 mars 2010 à la Cour d’Appel de Matete siégeant en chambre du conseil dans l’affaire opposant le Ministère Public à deux professeurs de la faculté Polytechnique, à savoir le doyen LUBUNGA Pene Shako et Bertin BAGULA Chibanvunya, accusés de détournement des recettes de CEREMA et des fonds destinés à la prime des professeurs. A l’appel de la cause, contre toute attente et craignant probablement une action reconventionnelle à l’issue de ce procès, les professeurs BEYA Kamba et BIMWALA se sont rétractés en tant que plaignants pour se prévaloir désormais de la qualité des dénonciateurs. Ce qui n’a pas empêché les juges des céans de poursuivre l’audition des deux parties à ce procès.

 

Les deux dénonciateurs confondus à la barre

A la question de savoir s’ils disposent de preuves matérielles de leurs accusations, les deux dénonciateurs ont répondu à la Cour que c’est suite aux rumeurs et bruits qui ont circulé dans les milieux de l’Université de Kinshasa qu’ils ont saisi le Parquet Général près la Cour d’Appel de Matete. Réagissant à cette déposition, la défense a demandé et obtenu de la Cour d’instruire le greffier de noter qu’il n’existe aucune preuve écrite, notamment une lettre émanant de l’autorité politique et administrative précisant et indiquant la destination et l’objet de ces fonds prévus pour le démarrage des activités et la paie des primes des professeurs de la faculté  Polytechnique.

Deuxième coup de théâtre : à la question de savoir si les deux dénonciateurs avaient touché leurs primes, le professeur BEYA Kamba a dit oui en précisant qu’il avait reçu la somme de 2.500 dollars Us des mains de Mme MANZUNDU, comptable auprès de l’Administrateur Général du Budget de l’UNIKIN. Avant d’ajouter, par honnêteté intellectuelle, a-t-il déclaré, qu’il ne devrait toucher que la somme de 1.900 dollars Us du fait qu’il n’avait donné que deux cours sur les trois qui lui avaient été confiés et qu’il n’avait commencé les enseignements qu’en 2004, à l’issue de son mandat d’Administrateur directeur général adjoint à la CMDC. Et le juge de s’exclamer : « c’est cela le détournement des fonds M. Le professeur ! ».  Pour sa part, le professeur BIMWALA a reconnu avoir touché indûment la somme de 1.500 dollars Us alors qu’il avait démissionné de ses charges pendant une année. Ce qui a fait dire aux juges que cela est aussi un acte de détournement.

A son tour, Mme MAZUNDU, comptable de l’UNIKIN, a indiqué que non seulement tous les professeurs de la faculté Polytechnique avaient touché leurs primes, mais sur avis du Recteur, du représentant du ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire et des autorités de la faculté, tous les agents, notamment les membres du personnel et même les étudiants de la faculté avaient été payés. «Pourquoi aviez-vous payé les étudiants ?» Mme la comptable et les deux professeurs prévenus ont répondu que les étudiants sont commis pour les travaux de nettoyage des laboratoires, des toilettes et des salles des cours, de sorte que les locaux de la faculté Polytechnique sont les plus propres de l’UNIKIN.

KIMBEMBE Mazunga cité à comparaître

A la question des juges de connaître la hauteur de détournement des recettes générées par le professeur Bertin BAGULA au détriment de CEREMA, les deux dénonciateurs ont encore une fois déclaré  à la barre qu’ils ne détenaient aucune preuve écrite de leurs accusations mais que cela leur avait été dit par M. KIMBEMBE Mazunga, conseiller principal du chef de l’Etat en matière d’infrastructures. La défense a alors bondi sur cette occasion pour demander et obtenir de la Cour des céans la comparution de ce dernier afin d’éclairer la religion des parties au procès. En attendant, il a été dit que CEREMA est un centre d’études bénéficiant d’une autonomie de gestion à l’instar d’autres centres tel le complexe scolaire du Mont Amba. Créé par feu le professeur BINGOTO, CEREMA a pour mission de produire des cellules des projets et il lui est demandé de présenter une fois l’an son rapport d’activités. Sur les recettes générées, CEREMA verse 5% à l’UNIKIN et 5% à la faculté Polytechnique. Le reste est utilisé pour ses besoins de fonctionnement, a indiqué le professeur BAGULA. Avant de rappeler que depuis 1996, CEREMA est à son premier mandat de projet sur des travaux qui ont démarré depuis trois mois seulement. Et de faire remarquer que comme dans tous les travaux de génie civil, le paiement ne s’effectue qu’à la fin de l’année. En d’autres termes, ont signalé les avocats de la défense, la Cour est en présence d’une infraction impossible.

BAGULA pique une crise d’hypertension artérielle

Juste au moment où la Cour interrogeait le professeur BIMWALA, le prévenu BAGULA Chibanvunya est subitement tombé, provoquant une panique généralisée dans la salle. Dieu merci,  une infirmière de la Clinique de Ngaliema, qui l’accompagnait a alerté le Dr TAKOMBE, cardiologue de son état, qui a donné des instructions par téléphone pour parer au plus pressé. L’audience a repris une heure et demie après. On rappelle que les deux prévenus avaient été extraits de la prison de Makala où ils avaient été déférés depuis le 15 février dernier pour être internés à Ngaliema des suites des crises d’hypertension artérielle et de diabète. La prochaine audience en chambre du conseil est prévue pour ce vendredi en vue d’entendre le réquisitoire du Ministère Public et les plaidoiries de la défense.  

Castro

Leave a Reply