Fichier électoral : le Cardinal Monsengwo sceptique

Vingt quatre heures après les échauffourées qui ont opposé les policiers et les militants de l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social) à la suite de la mise à sac de la permanence de leur parti la veille par des inciviques, et qui ont fait deux morts, le chef de l’Eglise catholique de Kinshasa est sorti de sa réserve pour lancer un appel au calme.

Il importe de signaler que dans la même nuit, la chaîne de télévision RLTV a été incendiée par des inciviques qui ont fait irruption dans l’enceinte vers 2 heures du matin. La veille, le siège interfédéral du PPRD avait connu le même sort.
C’est au cours d’un point de presse, animé hier mercredi 7 août au centre diocésain Lindonge, que le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya a appelé ses compatriotes au calme, particulièrement les acteurs politiques.
Condamnant la violence d’où qu’elle vienne, le numéro un de l’Eglise catholique romaine de Kinshasa craint que cette spirale d’intolérance handicape la tenue des élections que le peuple congolais appelle de tous ses vœux afin de se choisir les dirigeants devant présider aux destinées de sa nation.
Par ailleurs, il a tenu à rappeler que la marche pacifique est constitutionnelle, mais a demandé aux manifestants de ne pas déraper, tout comme à la police de ne pas tirer.

A la question de la presse qui voulait connaître l’avis du Cardinal sur le fichier électoral qui constitue la pomme de discorde entre l’opposition politique et la Ceni (Commission électorale nationale indépendante), Laurent Monsengwo s’est déclaré sceptique. Avant d’insister sur la transparence des scrutins en invitant le pouvoir organisateur à œuvrer pour l’apaisement du climat politique.
Concernant la rentrée scolaire, il en appelle au dialogue social entre les enseignants et leur employeur, qui est l’Etat congolais.
Ci-dessous la déclaration du Cardinal L. Monsengwo:

Dom

Leave a Reply