Fibre optique : la RD Congo engagée dans une course contre la montre

Une semaine après son passage à l’Assemblée nationale où il devait éclairer la religion des députés sur l’état d’avancement des travaux de connexion de la Rdc à la fibre optique, le ministre des PTNTIC (Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication), Tryphon Kin-Kiey Mulumba, a décidé de descendre sur le terrain. Objectif : s’enquérir de la situation relative à la mise à jour de notre pays aux NTIC, notamment la connexion à la fibre optique.
C’est ce qui a justifié la visite d’inspection qu’il a effectuée, du 13 au 14 juin 2012, à la cité côtière de Moanda où on construit la station d’atterrage de la fibre optique en vue de son cheminement vers Kinshasa.
Arrivé en début d’après-midi du mercredi 13 juin, le ministre des PTNTIC ne s’est pas reposé. Il a aussitôt entamé la visite des sites devant faciliter le transport du câble magique des télécommunications vers la capitale.
Le premier site à visiter était la station terminale dite Terminal de la SCPT (Société congolaise des Postes et Télécommunications), situé à côté du siège du territoire de Moanda, pour l’accueil du câble en provenance de Kinshasa.
 
Et la station d’atterrage du câble sous-marin a constitué le deuxième site de la visite du ministre Tryphon Kin-Kiey Mulumba.
Une distance de 4km sépare les deux stations pour des raisons techniques. Et 9 stations relais distantes de 80 km l’une de l’autre et 25 chambres de visite sont construites le long du parcours du câble entre Moanda et Kinshasa.
La jonction du câble sous-marin avec le câble terrestre venu de Kinshasa se fera au niveau de la station d’atterrage qui est érigée à quelques mètres de la berge de l’océan Atlantique. Parce que, a-t-on appris, le câble sous-marin ne peut pas parcourir plus  de 600m hors de l’eau pour raison d’efficacité.
Il convient de signaler que le ministre des PTNTIC était accompagné lors de cette visite du gouverneur ai du Bas-Congo Deo Nkusu, qui l’a accueilli à sa descente d’avion, et de l’Administrateur délégué général ai de la SCPT, Placide Mbatika.
 
La fin des travaux annoncée pour fin juillet
 
Selon le n°1 de la société Doreco qui construit la station d’atterrage, tout comme ses ingénieurs, les travaux prendront fin autour du 20 juillet 2012.
Cependant, on a relevé une nette contradiction entre le Directeur général de Doreco, Dordolo Valerio, et ses propres ingénieurs en ce qui concerne le taux d’exécution des travaux.
Selon le patron de Doreco arrivé à Moanda dans la journée de jeudi 14 juin sur pression du ministre, l’ouvrage est à ce jour réalisé à 70%. Tandis que ses ingénieurs qui dirigent les travaux sur le terrain, ont fait savoir à la presse la veille que le taux de l’exécution s’élevait à quelque 35%.
Curieusement, les deux sources annoncent la fin des travaux à la même date, c’est-à-dire fin juillet et leur homologation par la firme française Alcatel qui a posé le câble de l’Europe à l’Afrique du Sud. C’est aussi elle qui s’occupe du bon fonctionnement de ladite fibre. 
Cela fait planer des doutes chez les observateurs quant à la date avancée pour la fin des travaux, à voir leur état d’avancement sur le terrain. 
 
Par ailleurs, M. Dordolo Valerio refuse d’endosser la responsabilité du retard enregistré, en le justifiant par le fait que l’ouvrage a été maintes fois recommencé et que la SCPT avait présenté de nouvelles exigences techniques qui n’étaient pas initialement prévues. Avant de fustiger le manque d’eau et d’électricité qui ne permet pas l’accélération adéquate des travaux.
Après avoir entendu les uns et les autres, le ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’information et de la Communication a insisté pour que le délai avancé soit de strict respect. Parce que, a-t-il souligné, il y a nécessité pour que le pays soit ouvert à l’universalité, surtout que la Rdc qui accueille le XIVème Sommet de la Francophonie en octobre prochain voudrait offrir aux hôtes de ces assises la connectivité universelle, notamment l’internet à haut débit.
 
En outre, le ministre Kin-Kiey a fait savoir que sa descente sur le terrain aux stations terminale Scpt et d’atterrage, entrait dans le cadre de la tournée d’inspection qu’il a initiée depuis sa prise des fonctions afin de prendre la température, de se faire une idée précise de l’état des télécommunications en République Démocratique du Congo et de nouvelles technologies de l’information et de la communication, socle de la révolution de la modernité que prône le chef de l’Etat.
On rappelle que le voyage de Moanda constituait également une occasion pour le ministre de vérifier personnellement sur le terrain les informations reçues de ses collaborateurs sur l’avancement des travaux relatifs à la connexion du pays à la fibre optique, en rapport avec la question orale avec débat du député Emery Okundji à laquelle il s’est récemment prêté devant la représentation nationale. 
Pour lui, cette question du parlement a permis à l’ensemble du peuple congolais de s’approprier ce chantier très porteur en termes de croissance, de création d’emplois et d’apport en recettes dont le gouvernement a grandement besoin pour réaliser son programme d’action.
 
Dom (envoyé spécial à Muanda)

Leave a Reply