Feuilleton des étudiants congolais arrêtés en Inde : panique chez les Indiens à Kinshasa !

7161_636582203038599_47872227_nL’affaire des étudiants congolais arrêtés et détenus à la prison de Shiarpur, non loin de la ville de Jalandhar (Inde), depuis le samedi 14 juin 2013, a fait monter la tension de plusieurs crans hier mercredi 19 juin dans la capitale congolaise. Craignant des représailles de la part de la population, les autorités congolaises ont pris des mesures spéciales pour sécuriser la communauté indienne résidant à Kinshasa en particulier et asiatique en général.

A cet effet, un dispositif de sécurité, composé essentiellement d’éléments de la police, était placé devant les résidences privées, les firmes commerciales et les écoles propres aux sujets indiens. Tout au long de la journée d’hier, la panique était perceptible chez les ressortissants de l’Inde. Diplomates, commerçants, étudiants, ménagères, élèves ont choisi de ne pas s’afficher publiquement. Boutiques, grandes surfaces, restaurants, écoles appartenant aux Indiens ou aux Asiatiques craignant l’amalgame sont restés hermétiquement fermés.

Mais, tout compte fait, il y a eu plus de peur que de mal. L’on n’a pas enregistré des dérapages de la part des Congolais, certes très fâchés de savoir que certains de leurs compatriotes partis pour des études en Inde, étaient privés de liberté, mais essentiellement préoccupés par le souci de les voir recouvrer leur liberté. L’on se doit de reconnaître que la promptitude avec laquelle les autorités congolaises ont pris en charge le dossier des étudiants congolais en détention dans une prison indienne a eu le don de calmer les esprits.

Tout en restant concentrés sur les développements futurs du dossier, la majorité des Congolais n’en veulent nullement à la communauté indienne établie à Kinshasa et dans d’autres villes de la République Démocratique du Congo. Certains se disent prêts à boycotter les produits et services portant le label indien, dans l’espoir que la situation des compatriotes privés de liberté va se débloquer dans le meilleur délai. Dans leur colère, nos compatriotes s’estiment mal récompensés dans leur attachement aux vertus de l’hospitalité entre peuples du monde entier.

L’ambassadeur de la RDC en Inde aux côtés de ses compatriotes

Comme signalé dans notre livraison d’hier, la diplomatie congolaise a fait montre, dans le cas sous examen, d’une fermeté et d’une célérité qui ont permis de secouer sérieusement les autorités indiennes. Aux dernières nouvelles, l’on a appris que le principe de la libération des étudiants congolais arrêtés samedi était acquis.

Afin de s’assurer le processus était effectivement enclenché, l’ambassadeur de la RDC en Inde a quitté son bureau et sa résidence de New Delhi pour aller s’installer, depuis hier, à la prison de Shiarpur, aux côtés de ses compatriotes. Compte tenu de la lenteur des formalités administratives, il n’a pu obtenir que le transfert des étudiants arrêtés de leurs cellules pour la cour intérieure de la prison. On laisse entendre que le chef de la mission diplomatique de la RDC en Inde a décidé de passer la nuit aux côtés des infortunés, jusqu’à ce qu’intervienne leur retour effectif dans leurs lieux de résidence, en toute sécurité.

Beaucoup pensent que les pressions diplomatiques ainsi que les menaces de la « rue » à Kinshasa auraient lourdement pesé dans le dossier des membres de la communauté congolaise en difficulté en Inde.

 Kimp

Leave a Reply