Feuille de route du gouvernement : Matata Ponyo place ses ministres au pied du mur

Programme ambitieux, volontariste à souhait et qui a comme particularité de mettre chaque ministre comptable dans sa sphère de responsabilité devant la Nation. Tel est le point focal de la Feuille de Route que Augustin MATATA Ponyo, Premier ministre a présentée le samedi 02 juin à la presse». Vous aurez tous ainsi la possibilité d’évaluer l’efficacité de l’action du Gouvernement secteur par secteur», a-t-il promis lors de ce point de presse tenue à la Primature et dont l’ambition est « que l’atteinte de ces objectifs puisse répondre à nos problèmes clairement identifiés à travers les diagnostics posés pour l’élaboration du Programme et principalement en vertu du Document de stratégie  pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté de 2ème génération, dit DSCRP II ».

 
La ligne de conduite
 
Pour y parvenir, le gouvernement est appelé à mettre en œuvre des règles de gestion répondant aux exigences de la bonne gouvernance, selon trois critères fondamentaux. Notamment l’efficacité des institutions dans leurs missions essentielles, la transparence et l’obligation de rendre compte de leurs actes de gestion et enfin la réceptivité de ces institutions de la République par leur aptitude à répondre prioritairement aux besoins de la société. C’est de cette façon que l’on pourra consolider le cadre macro-économique « si chèrement acquis durant la première législature de la 3ème République si nous voulons passer de la catégorie des pays moins avancés à celle des pays à revenu intermédiaire », a indiqué MATATA Ponyo.
 
Lignes maîtresses du programme proprement dit
 
A court terme, le gouvernement s’alignera sur certains objectifs : la poursuite des réformes institutionnelles en vue de renforcer l’efficacité de l’Etat, consolider la stabilité du cadre macroéconomique et relancer la croissance et l’emploi, poursuivre la construction et la modernisation des infrastructures de base, améliorer les conditions de vie des populations, renforcer le capital humain, la diplomatie et la coopération au développement.
 
Actions réalisables
 
D’ici la fin de cette législature, le gouvernement a ciblé certaines actions pertinentes et réalisables. Dans le domaine de la gestion du budget et des finances publiques, MATATA Ponyo compte renforcer la transparence et l’efficacité, améliorer la performance des instances chargées de la vérification externe, instaurer une plate-forme de dialogue entre l’Exécutif et le secteur privé. La situation de l’Est préoccupe le gouvernement qui tiendra à poursuivre la maitrise des effectifs des FARDC, rétablir la sécurité et la paix dans els zones les plus affectées par les troubles et surtout évaluer les structures de l’audit de l’armée nationale en renforçant leur capacité de contrôle. 
Sur le plan politique et diplomatique, le gouvernement compte finaliser les préparatifs du 14ème Sommet de la Francophonie et redynamiser la coopération régionale et particulièrement avec la MONUSCO. Quant aux infrastructures de base, un accent particulier sera placé sur la modernisation, la réhabilitation et la maintenance des routes nationales et des voiries urbaines. Le gouvernement s’engage à améliorer la qualité des services aux aéroports et accroitre l’offre des services sur les lignes ferroviaires et lancer l’exploitation du réseau à fibre optique.
La gestion des ressources naturelles occupe une place de choix dans les priorités du gouvernement. Il va donc garantir la transparence dans l’attribution des blocs pétroliers et des droits miniers par le recours au système d’appel d’offres. La consolidation du processus d’amélioration du climat des affaires et la rationalisation de la gestion des entreprises publiques et le renforcement de la capacité de la gouvernance dans le secteur minier seront pris à cœur. Accroitre la capacité de la desserte en eau potable, réduire le délestage et améliorer la salubrité publique et l’accès pour tous à l’enseignement primaire et aux soins de santé sont au menu des objectifs à atteindre d’ici la fin de cette législature.
Le mandat qui a été confié au gouvernement sous le sceau de la transparence, de la gestion axée sur les résultats et de la redevabilité impose que chaque ministre soit jugé à sa capacité à réaliser les objectifs de son secteur par rapport aux engagements souscrits à travers cette feuille de route, a insisté MATATA Ponyo.
 
   F.M. 

Leave a Reply