Un fanatique de V.Club interdit à un supporter de la Renaissance d’arborer le drapeau de son équipe

            Depuis plusieurs semaines, la RDC, précisément la ville de Kinshasa, vibre sous le rythme du football.  Des nombreuses raisons expliquent la remontée de ce sport, qui de plus en plus, est sur la table des débats entre les jeunes Kinois, amoureux du football. Il s’agit notamment de la création du club Renaissance, dissident du DCMP, de l’arrivée en finale de V.Club en ligue de Champion Africaine, sans oublier l’élimination du TP. Mazembe en demi-finale de la même compétition, ainsi que la victoire récente des Léopards à l’extérieur, contre l’équipe nationale Ivoirienne lors du match retour des éliminatoires de la coupe d’Afrique 2015.

Par pure fanatisme, les supporters de ces clubs (V.Club, TP. Mazembe, DCMP, Renaissance,…) prennent souvent plaisir à polémiquer sur les capacités de leurs équipes et des joueurs, sans jamais se mettre d’accord sur les mérites des uns ou des autres. Quelques fois, certains d’entre eux, vont jusqu’à en faire un problème personnel, au point même de restreindre les libertés des supporters des équipes adverses. C’est le cas de la bagarre qui a opposée, hier jeudi 23 octobre 2014 dans la matinée, sur l’avenue Palmiers dans le quartier Kauka à Kalamu, un fanatique de V.Club et celui de Renaissance, tous d’une quarantaine d’années.  Selon les explications des témoins, tout a commencé lorsque, le supporter de Renaissance, tenancier d’un dépôt de boisson au croisement des avenues Palmiers et Université, voulant accrocher le drapeau de son équipe devant sa maison de commerce, s’est vu soudainement stoppé par quelqu’un. Ce dernier est un supporter de V.Club, habitant la parcelle juste en face du dépôt et très réputé dans son quartier chômeur endurci. Il s’est alors brusquement précipité vers son voisin sans aucune raison, pour lui interdire de placer le drapeau de son équipe (Renaissance) sur sa propre maison. Ceci, sous prétexte que V.Club avait un match à livrer ce dimanche et qu’il n’avait donc pas le droit d’agir ainsi. Scandalisé par les actes et les propos audacieux de celui-ci, le tenancier du dépôt, supporter de la Renaissance, a aussitôt mis à défi son interlocuteur, en lui demandant de prendre son courage entre ces deux mains s’il en était capable, pour enlever le drapeau de sa place et attendre voir la suite. Après un moment d’accrochage, la population a réussi à calmer les deux parties, tout en condamnant les excès du V.Clubien, qui ne dispose d’aucun droit d’imposer aux autres ses convictions, ni de restreindre leurs libertés, que cela lui plaise ou non.

Il y a lieu ici de signifier que le fanatisme ne doit pas exclure en la personne humaine toute capacité de réfléchir, ni de distinguer le bien du mal.

 

Myriam Iragi Maroy 

Leave a Reply