La Faculté de médecine de l’Unikin et le PNLS harmonisent leurs vues

unikin C’est dans le cadre de célébration de la Journée mondiale du Sida qui se fête le 1er décembre de chaque année et dont  le thème principal est : « Combler les écarts » que la Faculté de médecine de l’Université de Kinshasa(UNIKIN) et le Programme national de lutte contre le SIDA(PNLS) ont organisé le vendredi 28novembre 2014, en la salle Docteur Ngaly du PNLS, une journée scientifique.
Cette activité à laquelle était associé le Bureau de Représentation de l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) RDC a eu comme but de permettre à l’Université de s’approcher davantage du Programme en vue des échanges fructueux dans le cadre de la lutte contre cette pandémie qui menace l’humanité tout entière.

En effet, cette activité a été rehaussée de la présence des membres du monde académique et scientifique venus nombreux participer aux exposés et débats.
Dans le lot, on a reconnu le Directeur Adjoint du PNLS, le docteur Asani, le docteur Casimir Manzengo chargé de Programme VIH-SIDA à l’OMS, le docteur Bila Kapita de l’Hôpital général de Référence de Kinshasa, le Professeur Pius Kabututu de la Faculté de médecine de l’Unikin, le professeur Mvumbi lelo Georges, etc.
Prenant la parole pour circonscrire l’activité, le docteur Casimir Manzengo s’est réjoui de ce grand mariage qui vient de voir le jour entre le programme et la Faculté de médecine.
Il a rappelé à ce sujet que cette activité s’inscrit dans le cadre de la commémoration de la Journée mondiale de lutte contre le Sida.il a signalé qu’à ce jour, nous sommes à moins de quatre cent jours des échéances des objectifs du millénaire pour le développement en vue d’une évaluation générale.
Le chargé de Programme VIH-SIDA de l’OMS a souligné l’importance de cette journée en ce qu’elle permet de faire une sorte d’évaluation anticipée de la lutte contre le Vih/Sida, au regard de l’objectif 6 des OMS qui exige non seulement de combattre le VIH-SIDA mais surtout d’inverser la tendance de sa courbe. Le docteur Casimir de l’OMS a fait état des avancées significatives mais beaucoup reste à aire.
De son côté, le docteur Kapita, l’un des pionniers dans la lutte contre cette maladie, s’est penché sur l’historique, l’évolution de la lutte en RDC et les leçons pour l’avenir.
Il a rappelé que le SIDA est en RDC depuis 1978 et que la contamination s’est faite dix-ans plus tôt. il a indqué que son évolution n’a pas été facile au regard de notre tradition africaine qui la considérait comme tabou.
Le docteur Kapita a regretté que la liste n’a pas été organisé assez tôt par rapport au cas de pathologies diverses. Il a appelé ses jeunes confrères à la vigilance permanente car il y a encore d’autres épidémies inconnues devant nous.
Abordant le thème : « l’expertise de l’Unikin dans la lutte contre le VIH-SIDA », le professeur Mvumbi lelo a signalé que ses collègues Muyembe, Lurhuma, Kayembe, Odio, Ahuka,… avaient réalisé un travail extraordinaire dans la lutte contre cette maladie.
Il a précisé que ceux-ci s’étaient penchés entre autres sur la seroprévalence, la thérapeutique transfusionnelle, la co-mobidité, les infections sexuellement transmissibles ainsi que la prévalence transmission de la mère à l’enfant(PTME).
Il a conclu qu’il faut un vrai partenariat entre le PNLS, le ministère de la Santé-Publique, l’Esurs et l’Unikin pour faire de la recherche une priorité fondamentale et opérationnelle de notre population affectée et infectée par cette maladie.

Melba Muzola

Leave a Reply