Excès de vitesse : un véhicule sans plaque sème la mort sur le boulevard du 30 juin

 

La collision entre une VW et un taxi-bus Mercedes a causé plus de cinq morts et plusieurs blessés  graves le samedi 2 juin dans la soirée au croisement du boulevard du 30 juin et de l’avenue de la Libération (ex-24 Novembre) à proximité du rond point Mandela.
Outre les pertes en vies humaines, toutes à bord du véhicule de transport en commun, les deux engins se sont retrouvés totalement déclassés. C’est dire combien le choc était violent.
D’après des témoignages recueillis sur place, l’accident aurait été provoqué par l’excès de vitesse du chauffeur de la VW, qui conduisait en parlant au téléphone, sans tenir compte de la signalisation.
 Distrait, il ne s’est rendu compte de la présence d’un obstacle devant lui qu’au tout dernier moment. Il a alors tenté de trouver réfuge sur une autre bande mais a été gêné par la présence d’un taxi-bus 207 surnommé «Esprit de mort». En désespoir de cause, il essaie de revenir sur sa bande  initiale où il heurte violemment le taxi-bus qui venait de s’arrêter au feu rouge. Les cris fusent de toutes parts : le 207 «esprit de mort» ressemble à un cercueil géant où l’on extrait de nombreux blessés graves et 5 morts sur le coup ! Le public présent sur le lieu du drame est incapable de soutenir le choc. Tout de suite, la colère s’exprime et elle enfle avec une intensité telle qu’on craint le pire pour le chauffeur  de la VW vers qui la foule se dirige déjà. Mais par un coup de chance, l’homme sera sécurisé par les éléments de la garde républicaine promptement arrivés sur le lieu. C’est à eux qu’il doit la vie sauve. 
Jusque hier dimanche, le taxi-bus immatriculé CGO 5177/H 01, fortement endommagé, traînait encore sur le boulevard du 30 juin, à coté de l’Institut Géographique du Congo. Le chauffeur « assassin », qui est sorti indemne de l’accident grâce au dispositif sécuritaire de sa VW, n’a pas été arrêté par les policiers de roulage, qui ont visiblement évité un affrontement avec les « Bana Mura ».
La  question de la prise en charge des victimes est restée suspendue sur les lèvres de plusieurs témoins qui ont assisté à cet accident mortel. Le chef de la police a déclaré que ce genre d’accident pouvait être évité si tous les usagers de la route respectaient le Code de la route et les signaux relatifs à la circulation automobile.
Malheureusement, certains conducteurs usent  de leur position sociale ou de leurs relations pour se moquer éperdument de la réglementation en matière de conduite automobile.
 
ERIC WEMBA

Leave a Reply