Examen d’Etat 2014 : épreuves hors-session : bientôt l’atterrissage

EXETATConformément au calendrier établi pour la passation des épreuves hors-session de la 48ème session de l’Examen d’Etat sur l’ensemble du territoire national congolais, les épreuves hors-session, débutée le 15 mai 2014, avec la passation de la dissertation dans les trente provinces éducationnelles – anciennement appelées ‘divisions provinciales de l’EPSP’ – doivent se clôturer normalement le 29 mai 2014. Entre le jour de la  passation de la dissertation et le début des tests de Français oral le 19 mai dernier, suivis par des pratiques professionnelles, les finalistes des humanités et les autodidactes ont eu trois jours de repos (16, 17 et 18 mai 2014) pour mieux se préparer. Et le lundi 19 mai 2014, dans la matinée, les hors-sessions se sont poursuivies. Conformément  aux statistiques transmises aux provinces éducationnelles, la majeure partie des 600.000 candidats participant à ces épreuves a été testée. Dans certaines provinces éducationnelles, on compte même achever cette passation le samedi 24 mai 2014, sans doute à cause du nombre réduit des candidats.

Concomitamment à ces épreuves, l’anonymation des copies de dissertation, consistant à cacher l’identité des candidats avant la correction des copies se poursuit dans plusieurs juridictions éducationnelles et sera suivie, à coup sûr, de la correction des copies ; de la récolte des points, de leur sommation et transmission à l’Inspection générale de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.). Ces diverses opérations se font sous la direction des autorités politiques et éducationnelles de chacune de nos onze provinces et la surveillance des services de sécurité. En outre, le ministère de l’EPSP a instruit tous ses collaborateurs sur le caractère sensible de l’Examen d’Etat et sur l’obligation d’une bonne passation. Faut-il faire remarquer qu’à un certain moment de l’histoire éducative de notre pays, l’épreuve de dissertation était supprimée pendant une dizaine d’années. Mais avec le temps et le résultat obtenu, le ministère de l’EPSP avait  fini par se convaincre que cela n’était nullement la meilleure décision pour aider les élèves à maîtriser la langue de travail qu’est celle de Molière. C’est ainsi que l’épreuve de dissertation a été réintroduite sur la liste des épreuves de l’Examen d’Etat.

Selon les experts du ministère de l’EPSP, un finaliste qui veut absolument réussir à une session de l’Examen d’Etat, se doit de prendre au sérieux les épreuves hors-session, dont les points seront couplés aux points obtenus à l’école et ensemble ils vont compter pour environ 60%. Les points des épreuves de la session ordinaire n’entrent dans la réussite que pour 40%. Les inspections générale et provinciales de l’EPSP ne cessent de relever l’importance accordée à la pratique professionnelle qui, normalement, est appelée à faciliter l’intégration dans le circuit économique des lauréats de l’Examen d’Etat et à booster l’essor économique de la RDC. Et, à chaque occasion, elles ne cessent d’exhorter les parents pour qu’ils orientent leur progéniture essentiellement vers les filières professionnelles.

RSK

Leave a Reply