Examen d’Etat 2010 : le ministre de l’EPSP en embuscade à Sonabata

              Au ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), les sessions d’Examen d’Etat passent mais ne se ressemblent pas. Celle de 2010, qui va du 21 au 24 juin 2010, a démarré hier lundi 21 juin 2010, sur l’ensemble du territoire national. Elle se singularise par le souci de Maker Mwangu Famba, ministre de l’EPSP de voir sur terrain, particulièrement dans les provinces, l’application des instructions officielles, même dans les détails, pour la bonne passation de l’Examen d’Etat. Pour ce faire,  les 95 km qui séparent la Ville de Kinshasa de la cité de Sonabata n’ont pas pu l’empêcher d’arriver à cette agglomération, spécialement au Centre d’Examen installé au Lycée Kukiele .

 

          Il était accompagné du secrétaire général de l’Epsp, Dieudonné Lufunisabo Bundoki et de l’Inspecteur général à l’Epsp, Prosper Luthuli Gay et d’une délégation des experts de son cabinet. Le trajet était particulièrement éprouvant sur les derniers cinq kilomètres séparant la route de Matadi de Sonabata, à cause des aspérités du sentier, des herbes folles, des excavations et des érosions qui menacent cette bretelle non entretenue. Le ministre et sa délégation sont arrivés, malgré tout cela, au centre d’examen qu’il tenait à visiter. Accueilli par l’inspecteur chef de centre et les religieux responsables du Lycée de Kukiele et de l’ITP/Sonabata, il a pu visiter environ 333 candidats placés et « mixés » dans une grande salle de ce centre. Il les a encouragés à persévérer dans le études et à se méfier de toute tricherie. Il leur a assuré que le pays tout entier compte sur eux.

 

Un travail appréciable pour le pays

 

          Le ministre a circulé par après dans la salle pour vérifier le respectsdes instructions, en posant des questions au chef du centre, aux surveillants et aux candidats. Il a vérifié le remplissage correct des copies d’examen. A la fin de sa visite, il s’est déclaré convaincu que les instructions qu’il donne sont respectées dans toutes les provinces. Il a félicité ses collaborateurs, particulièrement ceux de provinces qui abattent ainsi un travail appréciable pour le pays. Evoquant la situation à l’Equateur, il a signalé qu’il y a un centre, Kungu 5 qui pose problème et dont la solution sera bientôt trouvée, tandis qu’à Bomongo, les finalistes n’ont pas étudié pendant toute l’année et sont obligés de reprendre l’année scolaire. Par ailleurs, il a assuré que tout se passait bien dans les centres installés sur les territoires des pays voisins et gérés par nos provinces éducationnelles. Même pour Shabunda, dans le Sud-Kivu, la passation se déroule normalement.

          Il convient de signaler que le ministre a débuté sa visite d’inspection par le Collège William Booth, à Kasangulu, toujours dans le Bas-Congo. C’était une visite surprise, parce que la veille, dimanche 20 juin, il était dans ce centre pour vérifier l’organisation matérielle.

              Il a tenu à vérifier la véracité des propos de ses collaborateurs. Heureusement, à son arrivée, tôt le matin, les candidats, en rangs, entraient dans les salles de classe en ordre. Et le ministre a même aidé à la distribution des copies d’examen dans les salles, avant de partir pour Sanabata. Rappelons qu’au total, 440.673 candidats répartis sur l’ensemble du pays dans 1.248 centres d’examen participent à cette 44ème session ordinaire de l’Examen d’Etat.                           

                     SAKAZ

 

Leave a Reply