Evaluation des stocks des carbones en RD Congo

Le ministre de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme (ECNT), José Endundo Bononge, et le directeur exécutif de l’Organisation Internationale des Bois Tropicaux (OIBT), Emmanuel Ze Meka, ont procédé, vendredi 19 mars 2010, à la signature de l’accord de financement de l’ordre de cinq cents mille dollars américains (500.000 $ US). Cadre choisi : le cabinet du ministre de l’ECNT situé dans la commune de la Gombe.
            Dans son adresse  le ministre de l’ECNT s’est déclaré très ému du geste posé par l’Organisation internationale des Bois Tropicaux. Et cela, pour la simple raison que c’est depuis 1990 que la République démocratique du Congo est membre de cette organisation internationale. Mais hélas, notre pays n’a jamais payé ses cotisations. « Cet appui, a souligné José Endundo, est une interpellation pour la République démocratique du Congo ».

            Le directeur exécutif de l’OIBT, Emmanuel Ze Meka, a quant à lui, insisté sur le fait que la République démocratique du Congo regorge une immense potentialité forestière. D’où la nécessité d’un appui technique pour le développement d’un inventaire forestier national en République démocratique du Congo, afin d’évaluer les stocks des carbones et changement dans les stocks des carbones dans les terrains forestiers. Cet appui concerne en priorité la formation du personnel de l’ECNT. Et le directeur exécutif de l’OIBT reste convaincu que les congolais réussiront ce pari, qui pourra leur ouvrir d’autres portes des différents partenaires de l’environnement et du  développement.
            Réagissant aux propos du directeur exécutif, le directeur du projet, Masele, a promis de mettre tout en œuvre pour réussir le pari. « La Direction Inventaire et Aménagement Forestier (DIAF) ne ménagera aucun effort pour la réussite de ce projet », a rassuré le directeur Masele.
            Il y a lieu de noter que la visite du directeur exécutif de l’OIBT en République démocratique du Congo se situe dans le cadre de la relance de la coopération entre son organisme et le gouvernement congolais, pour l’intérêt supérieur de la population congolaise. La vision de l’OIBT est de voir la RDC faire le bilan des capacités locales. 

Michel LUKA

Leave a Reply