Eusec – FARDC : 7 ans la main dans la main

Le Chef de mission de la Mission de conseil et d’assistance de l’Union Européenne en matière de reforme du secteur de la sécurité en RD Congo, le général Antonio Martins, a personnellement présidé la cérémonie de clôture de la 6ème année de partenariat avec les Forces armées de la RDC (FARDC), le vendredi 30 septembre. Occasion d’annoncer une nouvelle année de collaboration, le numéro 1 de l’Eusec a également présenté le bilan des 6 ans de présence de sa structure dans notre pays, ainsi que les perspectives communes.

En effet, dans le domaine de la maîtrise des effectifs, a déclaré le général Martins, 9 des 11 Régions militaires ont été parcourues et plus de 94.000 membres des Forces Armées ont reçu leur carte d’identité militaire. Face au défi de la RDC, pays à dimension continentale, il a relevé toutefois le contexte difficile du travail abattu par les équipes mixtes FARDC-EUSEC.

Dans le domaine de la Formation, socle de toute réforme qui vise à la pérennité, l’Eusec conduit plusieurs projets emblématiques.
En effet, souligne-t-il, alors que les principales écoles militaires avaient cessé de fonctionner depuis 25 ans, cette année, deux sessions de l’Ecole d’Administration ont eu lieu au GESM. Ainsi, depuis le mois de mai, une première promotion d’élèves sous-officiers a rejoint l’Ecole de Formation des Sous Officiers de Kitona, grâce à l’appui de la France sur ce projet. De même, en faveur du partenariat avec la Belgique, l’Académie militaire à Kananga est déjà réhabilitée et va bientôt produire une première promotion d’élèves officiers.

Dans le domaine de la modernisation de la Logistique, la collaboration a permis la rédaction de la doctrine logistique dont découleront les règlements et les procédures. Dans ce domaine particulièrement, la Mission travaille à la sécurisation des armes et des munitions, à la réhabilitation de deux dépôts d’armes au camp Kokolo de Kinshasa et à la construction prochaine d’un dépôt de munitions à Kananga.

Enfin, dans le domaine des activités dites « transverses », le général est convaincu que la publication et la diffusion du code de conduite au profit de toutes les unités constitue une avancée significative tout comme la formation d’officiers CIMIC qui s’emploieront à resserrer le lien entre l’armée et la Nation.
Il faudrait que la nouvelle année de partenariat commencée depuis le 1er octobre dernier s’inscrive dans la continuité des actions antérieures mais elle sera également, selon le général Martins, l’occasion de franchir de nouvelles étapes notamment par la mise en œuvre d’une politique des ressources humaines et la création d’un système d’information logistique. D’ores et déjà, il rassure que l’Union européenne lui a témoigné sa confiance en agréant sa feuille de route. Enfin, tout en se réjouissant de la promulgation de la loi organique portant organisation et fonctionnement des FARDC, il a appelé à sa mise en œuvre. « Nous serons les ingénieurs de vol à bord de l’avion ‘réforme’, et vous chers partenaires, en serez les pilotes » a-t-il lancé.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply