Etat de lieux des centres et bureaux de vote à Ngaliema

Pour insuffisance des bulletins de vote, dans cinq centres et vingt-cinq bureaux de vote, placés dans les locaux de l’Institut Technique des méthodes Appliquées (ITMAT), sis dans l’enceinte du camp Météo, à Binza Delvaux, dans la commune de Ngaliema, certains électeurs en possession de leurs cartes, mais dont les noms ne figuraient pas sur les listes électorales, n’ont pas réussi à voter hier lundi 28 novembre 2011.

En effet, après avoir circulé dans plusieurs bureaux de vote à l’ITMAT, le constat fait est que, les électeurs qui détenaient leurs cartes d’électeurs mais dont les noms étaient omis sur les listes électorales, n’ont pas eu l’accès aux sites vote. Ils ont été empêchés de voter par les présidents de ces bureaux alors que le président de la CENI les avait tous invités de se présenter au site de vote indiqué sur leurs cartes d’électeur, en vue de prendre certaines dispositions pour assurer leur droit de vote. Engagement qui n’a pas été respecté. Selon l’observation faite dans la plupart des bureaux de vote placés à l’ITMAT, un faible taux de participation des témoins de certains partis ou regroupements politiques, des observateurs des ONG, ainsi que des différents organes de presse était constaté. Ces sites de vote avaient accueilli 8.450 électeurs, dont 338 électeurs sont repartis dans chaque bureau, excepté les dérogations pour certains témoins, observateurs, etc.

Matériel électoral
En ce qui concerne les matériels électoraux, déployés dans les bureaux de vote, nous avons constaté qu’il y avait également insuffisance des urnes, sans compter celle des bulletins de vote. Il n’y avait que les ayant droit (les personnes dont les noms figuraient sur les listes) qui étaient privilégiées. Les bulletins des candidats députés avaient débordé, des urnes étaient tombées à même le sol. Cette information d’absence d’outil de vote, nous a été confirmée par certains agents des bureaux de vote ( BV). Il manquait aussi les listes où les électeurs devaient poser leurs signatures pour attester qu’ils ont voté. Les membres de sites de vote étaient dans l’obligation de faire des listes manuscrites, étant donné que la CENI n’avait pas imprimé ces listes.

Muriel Kadima

Leave a Reply