EPSP : toutes les provinces éducationnelles interconnectées

L’inauguration d’un réseau intranet au ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.) était au centre d’une grande cérémonie organisée mardi 01 février 2011, à l’Institut de la Gombe, dans la commune du même nom, par le ministre de tutelle, Maker Mwamba Famba. A cette occasion, il s’est fait entourer du ministre du Plan, Olivier Kamitatu et du vice ministre à l’EPSP, Arthur Sedéa. Les secrétaires généraux des ministères de l’Epsp, du Plan, de Finances et des PTT se sont aussi signalés à côté de plusieurs cadres de leurs ministères respectifs et de certains partenaires au développement ayant appuyé ce projet. Tout ce beau monde voulait vivre le lancement du réseau ‘VSAT’ de l’Epsp, qui, désormais permettra un dialogue quasi quotidien entre les diverses structures de ce ministère, soit 29 provinces éducationnelles sur les 30 disséminées sur l’ensemble du territoire national.

Exprimant sa joie de voir le « Chantier Education » , l’un des Cinq chantiers chers au Président de la République, prendre de l’ampleur au sein de son ministère, Maker Mwangu Famba a porté officiellement à la connaissance de tous les animateurs de notre enseignement national et du public que « ce grand réseau intranet du ministère de l’Epsp est opérationnel à partir de ce jour ». Cela, dit-il, rentre dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie de développement du sous-secteur de l’Epsp. Pour le premier responsable de l’Epsp, ce projet permet de concrétiser deux axes importants : l’un concernant l’amélioration de la qualité et de la pertinence de l’enseignement et l’autre visant l’amélioration de la gouvernance.

La formation continue : un avantage pour les enseignements

Le ministre de l’Epsp s’est dit convaincu de l’impact positif de cet instrument sur la qualité de notre enseignement. Il a signalé que l’étude sur le système d’enseignement national, « RESEN » réalisée en 2005 a révélé que « si la majorité des instituteurs ont au moins suivi une instruction secondaire et une formation pédagogique, la plupart n’ont reçu aucune formation continue ». D’après la même étude, 6% d’enseignants n’ont qu’un niveau d’éducation primaire et ceux qui comptent au moins six années d’éducation secondaire représentent 45% du corps enseignant. Pour remédier à une telle situation d’une faible maîtrise pédagogique et faibles compétences linguistiques, le ministre signale la distribution des manuels scolaires et des guides pédagogiques aux élèves et à leurs enseignants.

Mais, il reconnaît que cela ne suffit pas : le réseau intranet permettra de mettre en ligne les programmes de l’enseignement national et des outils pédagogiques nécessaires aux apprentissages ; d’assurer la formation à distance des enseignants, des inspecteurs et des autres cadres du ministère ; de permettre aux agents et cadres de se familiariser avec l’outil internet, en vue de s’informer et de se former grâce aux salles équipées d’ordinateurs et bibliothèques dénommées « Maisons de l’Epsp ». Enfin pour améliorer la gouvernance de l’enseignement national, ce projet permettra la transmission et le traitement à temps réel des dossiers des enseignants ; l’édition des listings de paie des enseignants à partir des provinces ; la transmission de circulaires et des décisions importantes de la hiérarchie et la gestion du fichier élèves et du cursus scolaire de tous les élèves.

Olivier Kamitatu qui a coupé le ruban d’inauguration de la salle des machines installées à l’Institut de la Gombe, s’est entretenu en direct, en compagnie de son collègue de l’Epsp, avec le gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, sur les qualités du réseau et sur les soins à apporter à ce nouvel instrument acquis grâce au programme mis en chantier par le Président de la République. En outre le ministre du Plan a chaudement félicité son collègue de l’Epsp pour sa vision qui lui permet d’accomplir ces performances.

 

SAKAZ

 

Leave a Reply