EPSP : les enseignants victimes d’une paie à double vitesse

 A Kinshasa, le démarrage de la paie des salaires des enseignants du secteur public du ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.) est effectif dans les trois provinces éducationnelles de la capitale – à savoir les divisions provinciales de l’EPSP Kin-Est ; Kin-Centre et Kin-Ouest – depuis la fin de la semaine dernière. A cet effet, il convient de rappeler que la mesure de la bancarisation de la paie des enseignants de la capitale à partir du mois de juillet 2012 leur a été communiquée le mardi 24 juillet dernier. Cette mesure qui devait immédiatement entrer en application aurait été correctement planifiée par les autorités compétentes – d’autant plus que les agents et fonctionnaires d’autres ministères bénéficient déjà de ce système – et les enseignants ont pensé que cette nouvelle méthode de paiement ne poserait aucun problème.

 Les premiers échos parvenus de l’Est et de l’Ouest de la capitale étaient positifs. Les enseignants qui s’étaient présentés aux guichets ont été servis. Pour cela, il suffisait de remplir deux fiches avec deux photos passeport et deux photocopies dont l’une de la carte de service et l’autre de la carte d’électeur. Déjà à partir de samedi dernier, les banques ont montré quelques signes d’essoufflement. Non seulement les fiches étaient devenues insuffisantes, mais aussi et surtout les banques disaient n’avoir plus de liquidités. La promesse a été faite pour la reprise de la paie hier lundi 30 juillet.
 Mais rien n’a changé et dans une tournée faite aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest de la capitale, nos reporters ont signalé un désordre et des bousculades indescriptibles devant les guichets des banques. A Masina comme à Limeté, les banquiers ont signalé que le Trésor public n’avait pas envoyé suffisamment de fonds pour les salaires et que si la situation se normalisait, ils ne sauront servir qu’à partir de jeudi 02 août prochain. Et c’est avec un goût amer que la majorité d’enseignants qui ne sont pas servis envisage de passer dans la méditation la fête du 1er août, consacrée pourtant pour honorer les parents aussi bien vivants que morts.


RSK   

Leave a Reply