Entretiens sur la situation politique en RDC : Feingold à Minaku : la présidentielle en 2016

minakuLe président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a reçu hier mercredi 4 juin 2014, au Palais du peuple, le représentant spécial des Etats-Unis dans la région de Grands Lacs. Les deux hommes d’Etat ont eu des entretiens francs sur l’évolution de la situation politique en Afrique centrale et en RDC, avec en toile de fond, le processus électoral congolais.

Russ Feingold en a profité pour faire savoir au président de la chambre basse la position du pays de l’oncle Sam qui insiste sur la tenue de l’élection présidentielle en 2016, conformément au délai constitutionnel.

Au sortir de ces entretiens, et à une question de la presse, l’Envoyé spécial des Etats-Unis dans la région de Grands Lacs a laissé entendre qu’ils ont  insisté sur la nécessité d’avoir un calendrier compréhensif, pour que tous les gens du monde, ainsi que le peuple congolais, comprennent comment et quand est-ce que les élections devront avoir lieu et qu’elles pourront être terminées avant la fin de 2016, tel que préconisé par la Constitution. L’élection présidentielle devait avoir lieu avant la fin de l’année 2016, a martelé Russ Feingold.

L’envoyé spécial du président Obama a en outre réaffirmé la déclaration du Secrétaire d’Etat américain  John Kerry, qui lors de son récent séjour à Kinshasa, avait tranché sur le fait que l’actuel chef de l’Etat de la RDC ne devait pas se représenter à la présidentielle de 2016. Cela dans le strict respect de la disposition intangible de la Constitution du 18 février 2006, sur le nombre des mandats du président de la République.

Outre le processus électoral en RDC, Russ Feingold a échangé avec Minaku sur l’urgence qui s’impose concernant l’élimination des FDLR et l’intégration des membres du M23 qui veulent revenir en ligne avec la loi d’amnistie. «Nous avons également parlé de la justice, notamment de l’importance de la loi sur les chambres mixtes pour permettre la poursuite des auteurs des crimes contre l’humanité en vue de mettre fin à l’impunité», a conclu le diplomate américain.

Eric Wemba      

Leave a Reply