Enrôlement : Tshisekedi donne un signal fort

Le lider maximo confirme l’engagement de son parti à aller aux élections
Etienne Tshisekedi wa Mulumba, président national de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) et son épouse, Marthe  Tshisekedi se sont fait enrôler, le samedi 14 mai 2011, à l’Ecole primaire d’application/3 à Limeté (E.P.A./3 – Limeté), pour participer activement à toutes les échéances électorales qui se profilent à l’horizon de cette année 2011. Calme  et serein, le Président de l’Udps s’est pointé à cette école vers 14h30, en compagnie de plusieurs dirigeants des structures nationales de son parti : Secrétaire général, Secrétaires nationaux, Président de la Commission électorale de l’Udps, chef de cabinet de la présidence de l’Udps, présidente nationale de la Fédération des femmes de l’Udps, etc. Accueillis par de nombreux combattants de son parti, Etienne Tshisekedi s’est vite dirigé vers l’unique bureau en fonctionnement dans ce centre. Là, lui et son épouse ont été accueillis par un agent de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et  se sont pliés aux formalités de l’identification. Ensuite, ils se sont dirigés vers le desk de l’enregistrement pour ensuite être photographiés.

Enfin, avant la délivrance de la carte, le  Couple présidentiel de l’Udps a signé dans le registre du centre d’enrôlement pour attester son enrôlement et obtenir les deux cartes d’électeur sous les applaudissements frénétiques des combattants de ce parti. C’est aux environs de 15h05 que cette cérémonie d’enrôlement s’est achevée.  Abordé par la presse, le Lider maximo de l’Udps a dit s’être fait enrôler pour participer aux prochaines joutes électorales, mais ce n’est pas pour cautionner la violation du délai constitutionnel. Il s’est déclaré satisfait de trouver un observateur de l’Udps dans ce bureau et il espère qu’il en sera de même partout. Car, a-t-il fait remarquer, son parti a dénoncé il y a de cela quelque temps des tracasseries dont ses membres étaient victimes : exigences des cartes d’électeurs de 2006, de l’argent, etc. Pour l’instant, a-t-il répété, il fait confiance au discours du Président de la Ceni qui affirme vouloir organiser des élections au-dessus de tout soupçon. Et l’Udps est décidé à envoyer ses témoins dans tous les bureaux d’enrôlement et de vote.
«Par ce geste, il faut que le peuple comprenne que nous sommes décidés à participer aux élections de 2011», a-t-il lâché. Le Président national de l’UDPS n’a cependant pas caché son inquiétude au sujet du travail d’amateur qui se fait à la CENI : «Je m’inquiète, moi aussi, les choses ne marchent pas, les kits ne marchent pas. Il faut que tout soit prêt pour que les élections se tiennent dans le délai constitutionnel».

Un seul ordinateur pour tout un centre

Selon les explications fournies par les agents et observateurs trouvés sur place, à son ouverture,  ce centre était doté de deux ordinateurs. Malheureusement, un des deux ordinateurs est vite tombé en panne et n’est pas remplacé ou réparé jusqu’à ce jour. Cela est contraire, note un des observateurs trouvé sur  le lieu, non seulement aux engagements pris par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), mais aussi au déroulement connu de l’enrôlement dans certaines provinces que le pouvoir en place pense être acquises à sa cause. Pour plusieurs membres de l’Udps, c’est cette façon de gérer le processus électoral qui fait dire à l’opposition qu’il y a des préparatifs pour une tricherie à grande échelle. Ils ont affirmé trouver aussi une contrainte supplémentaire dans le délai imposé pour s’enrôler : une  grande personnalité telle que le Président national de l’Udps, avec toute la facilité qui lui a été accordée, a passé plus de trente cinq minutes dans un local pour s’enrôler. Qu’en est-il des pauvres citoyens congolais qui viennent et trouvent une file interminable devant eux ? Evidemment, ils répondent eux-mêmes que ces gens risquent de se décourager.

Tous ceux qui se sont déplacés pour ce centre, ont constaté l’état défectueux des locaux où sont logés les centres d’enrôlement : local avec une toiture en  lambeaux où se  voyaient clairement les nuages. Pas de plafond évidemment et pas des vitres aux fenêtres. Les murs très sales indiqueraient que la peinture datait d’une époque très ancienne. A l’arrivée d’une pluie, personne ne peut y rester. En outre, il y avait coupure d’électricité dans tout le quartier. Heureusement, le groupe élecrogène était disponible et surtout, fonctionnel, ce qui a permis au préposé à l’enrôlement de faire son travail. 

                              SAKAZ

Leave a Reply