Élections du 28 novembre confirmées : le processus devient irréversible

Comme promis désormais, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), a tenu pour la deuxième fois son point de presse hebdomadaire, vendredi 9 septembre pour informer l’opinion sur les préparatifs des élections du 28 novembre prochain dont la tenue se précise de plus en plus. En effet, à quelques heures de la clôture de l’appel à candidature et après la signature du code de conduite par une frange de l’opposition politique, la Ceni a voulu faire part à la presse de l’état de lieux du processus électoral qu’elle pilote.

En substance, le rapporteur de la Ceni a lancé un vibrant appel à tous les partenaires du processus électoral à se mettre en ordre de bataille pour de élections qui doivent coûte que coûte rester un jeu démocratique et à s’engager pour des élections libres, crédibles, apaisées et dans la non violence.
A cet effet, il a vivement encouragé les partis politiques à signer le code de bonne conduite. Car, à son avis, le faire, c’est lancer un signal fort à notre peuple qui en a besoin pour s’approprier le processus électoral.

Matthieu Pita, le rapporteur de cette institution d’appui à la démocratie, a sans détour confirmé avec force que les élections vont bel et bien se tenir comme le prévoit le calendrier et de soutenir que la Ceni s’employait maintenant à finaliser son travail pour amener le peuple aux urnes le 28 novembre prochain. Cela, a-t-il martelé, afin d’éviter un vide juridique au sommet du pays à la date fatidique du 6 décembre et pour que le pays ne retombe plus jamais dans ce cycle de négociations interminables pour le partage équitable et équilibré de responsabilités à tous les niveaux.

Une autre raison qui rend la date butoir de fin de dépôt de candidature contraignante, ce sont les exigences de l’impression et de la loi. La Ceni a reconnu Matthieu Pita, doit absolument disponibiliser la maquette comprenant l’identité et la photo du candidat avant de lancer l’impression
Sur le plan du défi logistique qui parait comme le ventre mou du processus, le rapporteur de la Ceni a annoncé l’arrivée à Kinshasa dès le 14 septembre prochain du matériel électoral qui vient un peu de partout (Liban, Afrique du Sud, Allemagne et Chine) et d’un plan de dispatching, grâce à l’aide de la Monusco vers 15 grandes villes. Ensuite, ce matériel sera acheminé vers toutes les antennes pour finir dans les territoires qui vont abriter les bureaux de vote à travers le pays.

Pour se faire, la Ceni a signalé le déploiement dès cette semaine de 170 délégués à travers le pays, avec mission de procéder au repérage de sites qui devront abriter les bureaux de vote, le centre de compilation, etc, mais aussi procéder au recrutement des agents électoraux. Priorité donnée aux anciens travailleurs.
Sur le plan administratif, quant aux dossiers de candidats, surtout en ce qui concerne les titres académiques, la Ceni accepte désormais les relevés de cotes de la dernière année, attestation de réussite et d’autres documents néanmoins certifiés par une autorité compétente.
Matthieu Pita a encouragé les candidats à divers scrutins à s’imprégner de la loi électorale et ses annexes qui sont la bible des élections en Rd Congo.

A.Vungbo

Leave a Reply