Elections 2011 : Le premier lot d’urnes annoncé pour ce matin à la Loano

Invité par la Ligue des éditeurs des journaux pour des élections libres et transparentes autour du thème «La Ceni face à ses défis, bilan et perspectives à quelques jours de la campagne électorale », le professeur Jacques Djoli a confirmé en substance l’arrivée d’un premier lot des urnes de la République populaire de Chine dès ce matin par l’aéroport international de la Loano au Katanga et aussi la tenue des élections dans le délai. S’agissant du retard constaté dans le déploiement de ce matériel au vu de leur nombre, la Ceni est sereine, car au terme de la loi, cela doit être déployé 48 heures avant le jour du scrutin, a-t-il fait savoir.

Cette déclaration a été faite hier, 25 octobre par le numéro 2 de la Ceni en la salle VIP de l’église Fatima dans la commune de la Gombe où ce dernier intervenait à une conférence-débat organisée par cette association des hommes et des femmes des médias.
En effet, malgré un apprentissage parfois difficile et tous les défis auxquels son institution doit faire face, le vice-président de la Ceni s’est voulu à la fois rassurant et pédagogue face aux chevaliers de la plume pour confirmer à la fois le respect du calendrier pour l’échéance du 28 novembre et confirmer tout le sérieux que met le bureau pour la réussite de ces élections.
Le Vice-président de la Ceni a tenu à mettre chaque acteur du processus devant sa responsabilité pour faire de cette date soit un jour de fête ou de deuil. Pour lui, il ne faut pas sacrifier l’avenir de tout un pays sur l’autel d’intérêts partisans.

Quant à la crise de confiance qui pourra surgir dans le bureau, notamment une tricherie ou un tripatouillage des résultats des urnes comme cela s’est déjà vu ailleurs, Jacques Djoli a prié les hommes des médias de faire confiance aux membres du bureau et de les laisser travailler comme ils le font jusqu’à présent, la main dans la main. Pour ce faire, le numéro 2 de la Ceni a mis quiconque au défi de lui produire la preuve de cette tricherie. Car, a-t-il promis, si tel était le cas, devant sa conscience et sa responsabilité, il se refusera à cautionner tout résultat faussé et s’est engagé de ne signer que les résultats sortis des urnes. Aussi, en cas de crise de confiance, d’un ton martial et sans sourciller, il a assuré ses interlocuteurs de rendre son tablier à ceux qui l’ont délégué le cas échéant.
Et face à ce défi immense qui guette la crédibilité des élections, la Ceni par la voix de Jacques Djoli préconise un réarmement moral de tous les acteurs, mais surtout de toute la population pour ne pas hypothéquer l’avenir du pays. Car pour l’orateur, la question fondamentale à se poser à ce jour, est celle de savoir quel type de pouvoir voulons nous instaurer en Rd Congo après un lourd héritage de près d’un siècle de colonisation et 32 ans d’un pouvoir monolithique qui n’a pas toujours laissé de bons souvenirs.

Fort de ces expériences non démocratiques, selon Jacques Djoli, les acteurs politiques doivent d’abord intérioriser que les élections sont un jeu d’oxygénation de la société et non un moyen de se cramponner coûte que coûte au pouvoir.
En outre, il faut signaler qu’après avoir reçu les experts de l’opposition lundi dernier, venus déposer les termes de références afin de permettre l’accès au serveur central, le bureau de la Ceni a reçu hier, Aubin Minaku, Secrétaire général de la Majorité présidentielle avec qui le bureau a échangé sur le même sujet pour trouver un terrain d’entente.

A.Vungbo

Leave a Reply