Elections 2011 : la Linelit en campagne nationale de vulgarisation de la CENI

La Ligue nationale pour les élections libres et transparentes (LINELIT) est en campagne nationale de vulgarisation de la Loi Organique n° 10/013 du 28 juillet 2010, portant  Organisation et Fonctionnement de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Le coup d’envoi de la  campagne de deux mois et demi a été donné hier lundi 20 septembre 2010, à son siège de la commune de la Gombe, par son président, Jérôme Bonso.
La quiddité de la vulgarisation de la Loi organique sur la CENI
            Expliquant le bien-fondé de la campagne, le président de la LINELIT, Jérôme Bonso, a fait observer que lors de la polémique autour des dispositions pratiques et légales de la mise sur pied du nouveau pouvoir organisateur des élections qui remplacera la CEI (Commission Electorale Indépendante), la LINELIT a été désagréablement surprise de constater que de nombreux débateurs et une grande majorité de la population congolaise n’avaient pas encore lu ni possédé les textes de Loi organique sur la CENI.
 Forte de son expérience et de son expertise de plus d’une quinzaine d’années en matière d’impression et de vulgarisation des textes des lois qui ont un impact réel auprès de l’opinion, la LINELIT, a indiqué Jérôme Bonso, a décidé de procéder, grâce à l’appui de son partenaire Trocaire, à l’impression du support pédagogique et au lancement de la campagne nationale de vulgarisation de la CENI, à travers la RD Congo. « Une manière pour la LINELIT de contribuer à la tenue apaisée des élections en RD Congo », a souligné Jérôme Bonso, avant de renchérir : « cette vulgarisation facilitera l’appropriation du processus électoral par tous les acteurs impliqués, afin d’avoir le même entendement des dispositions légales relatives à la mise sur pied du pouvoir organisateur des prochaines élections ».
De préalables incontournables
            L’organisation des élections, a fait remarquer le président de la LINELIT, a toujours été une architecture complexe exigeant un parfait agencement de plusieurs opérations et la prise en compte des préalables liés à la bonne tenue des élections.
            Le préalable facteur temps pour le respect du délai constitutionnel de la tenue des élections de 2011  risquerait de jouer en notre défaveur si la programmation et la planification ou le chronogramme des tâches liées aux opérations électorales ne sont pas exécutés sous mode d’urgence par le Parlement. Deuxième préalable : la mobilisation des moyens financiers évalués à plus de 712 millions Usd. Et la LINELIT se réjouit du fait que le gouvernement ait prévu 350 millions Usd dans son projet de budget  2011.
            Quant à la gestion du contentieux électoral, cela nécessite la formation des juges électoraux et la création de plus d’une centaine des Tribunaux de Paix sur l’ensemble du pays, afin de crédibiliser les résultats électoraux. Enfin, la sécurisation du processus électoral doit passer, pour la LINELIT, par la neutralisation par le gouvernement avec l’appui logistique de la MONUSCO, de tous les groupes armés nationaux et étrangers opérant à l’Est du pays, notamment dans la Province Orientale, leNord-Kivu, le Sud-Kivu et le Maniema.
Suggestions et recommandations
            La LINELIT demande au Parlement d’inscrire à l’ordre du jour de la présente session budgétaire : la mise sur pied des membres de la CENI et leur investiture par une ordonnance présidentielle ; le vote de toute urgence de la Loi électorale ; le vote d’autres Lois utiles à l’organisation des élections, ainsi que le vote du projet de budget de l’Etat de l’exercice 2011 lequel retient de 350 millions Usd pour les élections.
            Au gouvernemen.,t la LINELIT recommande de transmettre à temps le projet budgétaire exercice 2011 au Parlement ; d’élaborer un projet de Loi électorale ; de coopérer avec la MONUSCO pour la sécurisation du processus électoral dans les provinces de l’Est et sur l’ensemble du territoire national, et de procéder au paiement des arriérés des agents et personnel de la CEI. 
            La LINELIT recommande également aux partis politiques de sensibiliser leurs militants à participer massivement aux opérations de révision du fichier électoral ; à la société civile d’intensifier la campagne d’éducation civique et électorale, et à la communauté internationale de contribuer au financement des cycles électoraux, d’apporter un appui logistique pour les opérations électorales et de coopérer avec le gouvernement pour neutraliser les groupes armés afin de sécuriser les opérations électorales.
Michel  LUKA  

Leave a Reply