Ebola : jusqu’au 24 septembre : 2 nouveaux cas et 42 décès

ebolaLe conseiller médical du ministre Félix Kabange a fait le point le vendredi 26 septembre 2014  sur l’évolution de la fièvre hémorragique à virus Ebola en RDC.  Appelé  avec d’autres disciples d’Hippocrate  par l’ong C Change à faire un briefing sur Ebola à l’intention des étudiants de la capitale, Shodu Lomami en a profité pour donner des statistiques sur cette épidémie en date du 24 septembre 2014. On retiendra de ses propos que jusqu’ici la RDC a enregistré 42 décès dont  16 sont survenus alors que  ces personnes ont été  déclarés positifs au laboratoire. Le nombre des agents de santé décédés s’élève à 8. Entre temps, 2 nouveaux cas viennent d’être détectés dans le périmètre de Bokungu. Le ministre de la Santé avait comme une sorte de pressentiment et ses craintes étaient fondées dans la mesure où ce coin n’était pas très bien  couvert par les agents de santé.  En effet, le travail sur terrain n’a pas été fait en profondeur dans ce coin qui est d’un accès difficile. Désormais, on va s’y atteler, a précisé Shodu Lomami.  628 contacts sur les 938 dénombrés jusqu’au 24 septembre 2014 ont été déclarés négatifs. On fait le  suivi  pour les 311 autres  contacts. Le taux de létalité est de 60%.

D’une manière globale, les équipes lancées sur terrain maîtrisent la situation et font un bon travail.

Changeant quelque peu de registre, le collaborateur du ministre Kabange  Numbi a dit plus loin que le Programme Alimentaire Mondial vient de livrer une importante quantité des vivres à la population de Jera. Evaluée à plusieurs tonnes, cette quantité de nourriture suffit largement pour une population de plus de 53 000 habitants. On ne peut parler de mécontentement de la population ou de la pénurie des vivres à Jera.  Le problème est celui des habitudes alimentaires. Le problème des centrifugeuses qui se posait en ce qui concerne le laboratoire mobile vient d’être résolu.

Quant aux thermomètres à laser, ils sont effectivement déployés dans des endroits indiqués, entre autres les aéroports.

Une expertise nationale de qualité

Répondant aux questions lui posées sur la nécessité d’installer des centres de santé en milieu universitaire pour mieux suivre les étudiants en matière de santé  ou encore pourquoi les pays comme la Côte d’Ivoire enregistrent  un nombre insignifiant des cas d’Ebola et la RDC des chiffres relativement élevés, l’hôte de C Change a fait remarquer que des investigations sérieuses n’ont pas encore été effectuées en Côte d’Ivoire pour déterminer s’il n’y pas des cas suspects. Attendons voir, a-t-il indiqué. Néanmoins, les ivoiriens aimeraient voir les congolais retourner chez eux parce qu’ayant été les premiers à découvrir cette maladie, ils ont l’expertise requise sur cette épidémie. En ce qui concerne l’installation des centres de santé, il a dit que les universités dépendent du ministère de l’ESU.

Jean- Marc Kanyonga, Jules Bongongo, Mols Vaka… respectivement  épidémiologiste, directeur au Programme National de Santé Scolaire et Universitaire, expert en santé et consultant et un autre intervenant ont expliqué aux responsables des coordinations estudiantines des instituts supérieurs et universités de la capitale l’historique, les signes caractéristiques de la fièvre hémorragique à virus Ebola, le mode de transmission…etc…

            Mais aussi  comment on peut l’attraper et les conseils pratiques pour l’éviter. Le seul remède efficace est la prévention. Boende est loin mais « proche » de la capitale, ont-ils indiqué. C Change est une ong à vocation sanitaire.               JP Nkutu

Leave a Reply