Discours de Joseph Kabila à l’ouverture des concertations nationales : Majorité d’accord, opposition pas d’accord

Zemanta Related Posts ThumbnailLe discours prononcé par le président de la République, Joseph Kabila à l’occasion du lancement  des travaux des concertations nationales  le samedi 7 septembre au palais du peuple n’a pas fait l’unanimité parmi les participants à ces assises.

Dans la majorité, on se frotte les mains sur ce discours du chef l’Etat qui  vient de lever pour les caciques de cette famille politique toutes les équivoques sur les objectifs de ces concertations nationales.

Bahati  a affirmé que les orientations données par le chef de l’Etat dans son discours  démontrent que les concertations nationales ne sont pas un cadre pour le partage du pouvoir mais un  moment  de consolidation de la cohésion nationale pour faire face aux menaces de la balkanisation de la république démocratique activée par une guerre récurrente à l’est du pays.

Pour sa part, le gouverneur du Kivu, Julien Paluku  note que le président de la république a porté un cinglant démenti aux  allégations de certains opposants selon les quels, il avait l’intention de révisé l’article 220  de la constitution en indiquant que les participants aux concertations nationales ne devaient pas se substituer au souverain primaire.

Henri-Thomas Lokondo a quant à lui souligné que le chef de l’Etat vient de donné un signal fort pour la description du climat politique en annonçant la libération des prisonniers politiques qui sera matérialisé par  une loi d’amnistie à proposer par le parlement.

L’opposition déçue

 A l’opposition, c’est le désenchantement après ce discours qui n’a pas été selon elle à la hauteur des enjeux politiques dans le contexte de crise qui mine le pays.

Lisanga Bonganga, a fait remarquer que dans ce discours, le président Kabila ne s’est contenté que de donner des promesses en demeurant dans l’incohérence de son ordonnance du 26 juin 2013 relative aux concertations nationales au lieu de lancer un signal fort dans le sens de la décrispation du climat politique.

Pour le modérateur des FAC-opposition, aucune allusion n’a été faite par le président de la république au sort  à réserver aux institutions Sénat, Assemblée et exécutif provinciaux dont le mandat sont largement dépassé ainsi  celui de la petite territoriale.

S’agissant des préoccupations essentielles, la loi d’amnistie, la grâce présidentielle, l’immunité des concertateurs sur les quels, le consensus s’est dégagé au sein du comité préparatoire pour leur mise en œuvre effective, Lisanga constate que le Chef de l’Etat est resté ambigu.

Cet acteur de l’opposition s’est dit convaincu que Kabila n’a pas saisie l’occasion que lui offrait l’histoire pour booster la cohésion nationale.

Olengankony   a continue de son coté à plaider  pour l’implication de Tshisekedi dans ces concertations nationales.

 Le patron du FONUS est d’avis que le président de l’UDPS reste un des acteurs majeurs de cette crise que connait le pays.

«Unis nous sommes plus fort que les bombes  », a-t-il lâché, pour appeler le premier d’entre les citoyens congolais  à tendre la main à son  principal challenger aux présidentielles du 28 novembre 2011 en RDC  afin de faire face, dans l’unité à la guerre à l’est de la RDC.

ERIC WEMBA

2 Comments

  1. merci

  2. marci

Leave a Reply