DGDA : 392 diplômés de l’ENF engagés

Près de 400 personnes viennent d’être engagées à la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA). Elles viennent toutes de l’Ecole Nationale des Finances (ENF), précisément de l’option: Douanes.

En effet, cela fait cinq ans (soit de 2005 à 2009) que les diplômés de l’Enf n’ont plus été embauchés par leur employeur naturel suivant l’option. C’est-à-dire la Dgda pour ceux de l’option Douanes.

C’est pour donner un caractère solennel à leur embauche que la haute hiérarchie de la DGDA a organisé une cérémonie au cours de laquelle le Chargé de Mission adjoint a adressé un message aux nouveaux agents.

Cadre choisi : le restaurant « La Fleur de sel » sis boulevard du 30 juin, à Gombe.

Dans son mot de circonstance,  Samuel Simene wa Simene a tenu à expliquer le sens de la cérémonie.  «C’est pour marquer l’engagement solennel des finalistes des promotions 2005, 2006, 2007, 2008 et 2009 de l’Enf, section Douanes», a-t-il déclaré. Ledit engagement est matérialisé par la décision n°DGDA/DG/DRH/010/2010/ du 15 février 2010.

Les défis de l’engagement

Pour le Chargé de Mission adjoint, ces engagements traduisent plusieurs à la fois, à savoir :

- La concrétisation du volet « Emploi » des 5 Chantiers du chef de l’Etat ;

- L’expression de la volonté du gouvernement de rajeunir progressivement le personnel de l’administration publique , suivant l’esprit des ordonnances présidentielles de janvier dernier portant révocation, mise à la retraite et nomination des agents de carrière des services publics de l’Etat du ministère des Finances dont dépend la Dgda.

- Enfin, ces engagements massifs traduisent la détermination du chef de l’Etat et du gouvernement d’imposer aux régies financières la rupture avec les antivaleurs par le déploiement des jeunes cadres formés et prédisposés à suivre et capitaliser, dans le domaine douanier, les formations en matière notamment de facilitation des procédures, réduction des délais, coopération douanière régionale ainsi que la lutte contre la fraude, la contrefaçon et la criminalité organisée aux fins d’une mobilisation accrue des recettes douanières et accisiennes.

En outre, S. Simene wa Simene renseigne que l’engagement des diplômés de l’Enf est un processus qui remonte à 2005, et qui a  trouvé son point d’achèvement dans l’exécution de la lettre de l’ancien ministre des Finances, n°4067/MIN/FINANCES/2009 du 23 décembre 2009.

Au total, 392 diplômés sont concernés par cette décision d’engagement.

C’est ici que le Chargé de mission adjoint de la Dgda a regretté la disparition de quelques diplômés qui nous ont quitté pendant cette longue période d’attente d’embauche, et qui devaient faire partie du présent lot.

928 milliards de Fc pour 2010

C’était aussi l’occasion pour le numéro 2 de la Dgda de rappeler la part ou la contribution de sa régie au Budget de l’Etat, exercice 2010 en cours.

Il a renseigné, à cet effet, que la Dgda a l’obligation de réaliser les recettes de l’ordre de 928 milliards de Francs congolais durant l’exercice budgétaire 2010. Ce chiffre représente un taux d’accroissement de 58% par rapport au budget 2009 dont les assignations à l’ex-Ofida étaient arrêtées à 588,5 milliards de Fc.

La réalisation de tous ces objectifs exige des moyens à mobiliser.

Dans ce chapitre, il faudra mettre l’homme au centre des activités. Ainsi, la rationalisation de l’utilisation des ressources humaines devient une priorité, si on veut réussir la modernisation des procédures et des techniques de gestion de la Direction générale des douanes et accises.

Message aux recrues

«La formation aux frais de la nation toute entière dont vous avez été bénéficiaires à l’Ecole Nationale des Finances ainsi que la jeunesse d’esprit que vous êtes supposés avoir, devraient être de réels motifs d’espoir pour notre administration douanière en ce sens que vous avez l’obligation d’apporter un souffle et un sang nouveaux ainsi qu’une nouvelle impulsion tant dans le relèvement du niveau de mobilisation des recettes du Trésor public que dans celui de l’application correcte des législations et réglementations douanières, accisiennes et connexes».

Et d’ajouter : « la maximisation des recettes du Trésor public dont le gouvernement a besoin pour la réalisation de son plan de développement suppose l’implication de tout le monde par le respect de l’éthique professionnelle, gage de l’efficacité des actions à mener et de la stabilité de notre emploi et de votre carrière ». Avant d’inviter les nouveaux agents à cultiver l’excellence dans le travail, bannir les antivaleurs ayant longtemps terni l’image du douanier.

Pour ce faire, il faudra combattre la médiocrité et s’engager sur la voie de la recherche permanente de l’excellence.

«Je voudrais vous rappeler qu’en votre qualité d’agents de service public, outre les droits auxquels vous pouvez prétendre, vous avez aussi des obligations comme le fait d’être astreints au respect des dispositions de la Déclaration d’Arusha révisée concernant la bonne gouvernance et l’éthique en matière douanière, ainsi qu’au respect du Décret-loi n°017/2002 du 3 octobre 2002 portant Code de conduite de l’agent public de l’Etat et de la note de service n°DG/ADT/PDG/062 du 20 février relative aux règles d’éthique douanière en République démocratique du Congo », le Conseille Chargé de Misison Adjoint de la Dgda aux nouveaux employés, en instruisant le directeur divisionnaire de la formation de mettre à la disposition des recrues tous ces textes de lois dans les meilleurs délais. Car, toutes ces dispositions, a-t-il affirmé, mettent en évidence les valeurs de référence qui doivent caractériser le comportement du douanier en sa qualité d’agent public de l’Etat.

Il s’agit notamment du dévouement, la ponctualité,  la rigueur, la responsabilité, l’honnêteté, l’intégrité, l’équité, la dignité, la bonne tenue, les bonnes mœurs, l’impartialité, la loyauté, le civisme, la courtoisie, le devoir de réserve et le respect du secret professionnel.

Le douanier doit également s’abstenir de tout comportement, tout acte d’improbité et d’immoralité susceptible de compromettre l’honneur et la dignité de ses fonctions, notamment l’ivrognerie, le vagabondage sexuel, l’escroquerie, le vol, le mensonge, la corruption et la concussion.

Ainsi, tout celui ou celle qui s’amusera à enfreindre ces dispositions s’exposera à des sanctions sévères, a-t-il prévenu.

« Il est clair que ceux parmi vous ainsi que tous les autres qui s’amuseront à enfreindre ces dispositions s’exposeront à des sanctions sévères et exemplaires conformément à la vision de la tolérance zéro».

Et, a contrario, les excellents agents qui s’acquitteront honnêtement, correctement et avec efficacité de leurs obligations et qui mettront leur intelligence au service de la nation seront naturellement récompensés.

« Soyez donc à la hauteur de la tâche qui vous attend et de l’idéal républicain et nationaliste qui doit vous caractériser ».

Autrement dit, Samuel Simene wa Simene invite ses nouveaux collaborateurs à travailler dans l’honneur et la dignité en préservant les intérêts relatifs à la maximisation des recettes et veiller à la protection de la population et de l’environnement.

D’abord un recyclage

Avant leur entrée effective en fonction, les nouveaux agents suivront, pendant 10 jours, un séminaire de mise à niveau dont les travaux démarrent le lundi 1er mars prochain.

Parmi les matières de ce module de recyclage, il y aura entre autres les procédures de dédouanement, les entrepôts sous douane, les régimes économiques, les innovations du projet du Code de douane et le programme des réformes et modernisation douanières, la valeur en douane, les moyens et méthodes de vérification, les accises, le contentieux douanier répressif et administratif, la comptabilité douanière, le tarif des droits et taxes à l’importation et à l’exportation, les missions de la DGDA et la gestion des entreprises, l’éthique et la déontologie professionnelle, les législations connexes, le contentieux judiciaire.

Les recrues verront aussi au cours de ce module de formation spéciale les relations de la douane avec la Cours des comptes ainsi que les cours et tribunaux.

Le Chargé de mission adjoint justifie cette formation par le souci de remettre à niveau les jeunes douaniers qui ont passé plusieurs années au chômage, après les études, sans exercer.

C’est à l’issue de ladite formation, qu’il sera procédé à leur déploiement à travers le territoire national.

Pour cela, ils ont l’obligation d’être toujours présents et participer à toutes les séances de formation laquelle sera sanctionnée par un test de niveau dont la Dgda se servira comme repère de leur affectation ultérieure.

Après l’allocution du Chargé de Mission Adjoint, un représentant des recrues a pris la parole pour dire toute leur gratitude à l’endroit des les dirigeants de la Dgda. Et de relater succinctement les déboires endurés pendant la période de chômage.

Dominique Mukenza

 

Leave a Reply