Deux camps militaires réhabilités et remis aux FARDC

Revenu au pays le 1er juillet 2012, Roger Meece, le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour la Rd Congo, a accompagné une délégation composée du vice-premier ministre et ministre de la Défense et des Anciens combattants, Alexandre Luba Ntambo, et l’ambassadeur du Royaume des Pays- Bas en Rd Congo, Robert Van Embde, à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Cette visite était liée à l’inauguration et à la remise officielle au gouvernement de la Rd Congo de deux camps militaires financés à une somme de 11, 02 millions de dollars américains, a déclaré Madnodje Mounobai, porte-parle de la Monusco, lors de la conférence de presse hebdomadaire des Nations-Unies le mercredi 4 juillet 2012.  
Il s’agit des camps Nyamunyunyi et Saio. Ces deux nouveaux camps ont respectivement la capacité d’accueillir environ six cent soixante dix (670) et deux mille sept cent(2700) dépendants, d’environ 700 hommes et 2.500 dépendants. Ils comprennent également trois écoles, deux marchés, deux dispensaires pour les militaires et les populations environnantes. 
Sur le même registre, le Royaume des Pays-Bas et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) vont lancer six projets de soutien, estimés à douze millions des dollars américains pour la stabilisation du Nord et du Sud-Kivu. Le début des travaux est prévu pour ce jeudi 5 juillet 2012, avec la signature d’une lettre d’intention entre les Pays-Bas et le PNUD. Les travaux prendront fin au mois de juillet 2014 et seront menés de façon conjointe par le PNUD mais aussi par la Monusco, la FAO, l’UNICEF, UN-Habitat et les ONG  « International Alert », « Norvegian Refugee Council » et « Life and Peace Institute ». 
 
  Ces projets ciblent les domaines suivants : le renforcement des cadres de concertation intercommunautaires dans le Sud-Kivu, la résolution des conflits fonciers entre agriculteurs et éleveurs et la réduction des tensions interethniques ; la promotion des solutions durables (logement et emploi), pour des personnes vulnérables déplacées, les rapatriés et les réfugiés dans les Kivus ; le soutien de la stabilisation dans des zones de retour situées sur l’axe Miti-Hombo au Sud-Kivu.
Ces projets, a dit Florence Marshall du PNUD, s’inscrivent dans le cadre de la stratégie internationale d’appui en matière de sécurité et de stabilisation qui est le soutien de la communauté internationale au programme national de stabilisation et de reconstruction des zones sortant des conflits armés (Starec).
 
Espérant Keke Mbonde (Stg/Ifasic) 

Leave a Reply