Des journalistes formés sur le code de la famille en révision

55 journalistes et animateurs des médias sont, depuis hier mardi 20 mai 2014 à l’hôtel Sultani, en atelier de formation sur la « nécessité de la révision  du code de la famille ». Objectifs de cette session : les informer sur les nouvelles dispositions apportées au code de la famille congolaise ; identifier et échanger sur les principales dispositions qui militent en faveur de l’enfant, de l’autonomisation de la femme et sa promotion sociale ; et enfin, inciter les journalistes à dresser un calendrier de production des émissions, reportages, enquêtes et dossier de presse sur le projet du code de la famille.

            Occasion pour la ministre du Genre, de la Famille et de l’Enfant, Geneviève Inagosi-Bulo I. Kassongo, de justifier le choix porté sur les récipiendaires de cet atelier qui sont tous journalistes. A l’en croire, ils ont été ciblés au regard de la place et du rôle que la corporation occupe dans notre communauté, et de son apport incommensurable dans l’évolution et le progrès de l’humanité.

            Néanmoins, a précisé la ministre, ce processus de la réforme du code de la famille est conduit de se conformer à l’évolution des normes juridiques internes, à la nomenclature des conventions internationales ratifiées par notre pays et enfin, le souci de supprimer les mesures encore discriminatoires, voire les pratiques rétrogrades à l’égard de la femme et de la fille.

            De manière précise, les principales options retenues dans le nouveau code sont, entre autres, la suppression de l’autorisation maritale en vue de la pleine capacité juridique et judiciaire de la femme mariée ; l’exigence du respect et de la considération mutuelle des époux ; la gestion concertée des époux aux charges du ménage ; l’intérêt supérieur de l’enfant dans différents domaines, notamment en matière de succession par le choix du liquidateur parmi les enfants ; le recours limité au conseil de famille, la diminution de ses pouvoirs pour éviter d’annihiler l’autorité parentale, et de fragiliser l’unité conjugale ; l’exclusion claire de la notion du ménage monoparental pour éviter de consacrer l’homosexualité ; la non modification des règles régissant la nationalité, portées par une loi organique.

            Somme toute, Geneviève Inagosi a exhorté ses confrères de la presse à élaborer un plan média qui leur permettra, notamment par le biais des messages-clés qui seront retenus à l’issue de cet atelier, de mieux accompagner le processus en cours de révision du code de la famille.

            Pour sa part, le représentant de l’UNFPA en RDC a clairement dit aux journalistes que c’est dans la pertinence des informations qu’ils vont diffuser après ces deux jours de formation que la population va découvrir les bienfaits de la révision de ce code amorcée depuis plus de 11 ans. « Nous attendons de vos travaux la production des programmes et des émissions destinés à éclairer la population sur les modifications apportées au code en vigueur. Vous êtes appelés à identifier les attentes du gouvernement et celles des Congolaises et Congolais dans le domaine de la famille, à accompagner ce processus… » a-t-il conclu.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply