Des journalistes en formation sur les ressources naturelles

Une trentaine de journalistes prennent part depuis hier mardi 22 novembre 2011 à un atelier sur la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles, initié par la coordination nationale de la Conférence internationale sur la paix, la sécurité, la démocratie et le développement dans la région des Grands lacs (CIRGL). L’atelier se tient à la Présidence nationale de l’Eglise du Christ au Congo, située sur l’avenue de la Justice dans la commune de la Gombe.

Deux objectifs sont poursuivis à travers cet atelier, a déclaré Baudouin Hamuli, coordonnateur national de CIRGL. Le premier est de discuter avec les professionnels des médias sur les meilleures méthodes d’écrire sur la question des ressources naturelles en Rd Congo. Il estime que le dossier est complexe et une problématique dans la mesure où les ressources naturelles constituent une chance pour le développement du pays.

En second lieu, il est question d’envisager un plaidoyer par rapport à la problématique de la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles.
Hier, les participants ont eu à se familiariser avec quelques documents, notamment le « Protocole sur la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles », « la Déclaration du sommet spécial sur la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles dans la région des Grands lacs », et « l’Initiative régionale de la CIRGL contre l’exploitation illégale des ressources naturelles ».

Dans ce dernier document, les journalistes ont eu connaissance de six instruments élaborés qui portent sur quatre minerais, à savoir l’or, la cassitérite, le wolframite et le coltan. Ces instruments sont : le mécanisme régional de certification ; l’harmonisation des lois nationales et domestication du protocole ; la base des données régionale ; la formalisation du secteur artisanal minier ; la promotion de l’Initiative sur la transparence dans les industries extractives (ITIE) ; et le mécanisme d’alerte rapide. Ces instruments sont interdépendants, appropriés pour une application flexible, et conçus pour combattre efficacement l’exploitation illégale et le commerce illicite des minerais sur différents fronts.
L’atelier se poursuit et se clôture aujourd’hui au même endroit.

Jean- René Bompolonga

Leave a Reply