De faux billets de 500 FC en circulation en RDC

La 12 ème réunion du Comité de politique monétaire s’est terminée hier dans l’après-midi, sous le signe des assurances sur l’évolution du cadre macro-économique, un taux d’inflation à un chiffre et une remarquable stabilité du taux de change, avec notamment un faible taux de dépréciation de la monnaie nationale. Elle a donné l’occasion à la presse, de s’informer sur les rumeurs circulant à Kinshasa et faisant état de l’injection dans la partie Est de la république, de billets de 500 FC commémoratifs du Cinquantenaire de notre indépendance. Le président de cet organe, le gouverneur de la BCC, dont on connaît la franchise, a confirmé l’information et invité la population à la vigilance. Les ennemis de notre pays dont la capacité de nuisance est grande,  ont choisi de frapper l’économie congolaise en injectant sur le marché financier, de la fausse monnaie. En effet, les services de la Banque centrale du Congo ont déjà détecté ces faux billets qui sont reconnaissables, a indiqué Jean-Claude Masangu, par l’absence de relief à côté de sa signature.

Le patron de l’Institut d’émission a invité la presse à mieux informer les consommateurs, au cours de cette période particulièrement sensible. Il espère que par l’explication des médias, le faux ne passera et sera détecté, afin de décourager les contrefacteurs, ces criminels économiques.    Jean-Claude Masangu a promis de revenir en long et en large sur cette affaire, lors de la cérémonie d’échange de vœux entre la Haute direction de la BCC et le personnel, prévue ce jeudi.

Revenons sur les points débattus à la 12 ème réunion de Comité de politique monétaire.
Au tableau de la situation macro-économique, cet organe a noté des tensions sur les marchés de change et des biens et des services. Les fluctuations du taux de change sont attribuables, a fait savoir le président du Comité de politique monétaire, à l’expansion de la liquidité bancaire. Quant aux tensions sur le marché des biens et services, on signale qu’elles sont imputables à des facteurs internes et externes liés, d’une part à la pression cyclique de la demande des biens et services enregistrée à la période des festivités de fin de l’année, et d’autre part, à des chocs extérieurs ayant affecté l’offre de certains produits de première nécessité. Quelques paramètres dévoilés sur le marché des biens et services  permettent de comprendre que la hausse hebdomadaire des prix à la consommation s’est accélérée, se situant à 0,39 % au 24 décembre contre 0,37 % une semaine auparavant.

Pour contrer l’excédent de la liquidité, plusieurs instruments de politique monétaire ont été actionnés à travers les billets de trésorerie. Le président du comité de politique monétaire très confiant a fait remarquer que la principale recommandation de son organe au gouvernement, est le respect strict du plan de trésorerie du secteur public ainsi que la réduction de la volatilité de solde des opérations financières de l’Etat. Cette action, comme il faudrait le souligner, permettrait de préserver la stabilité du cadre macro-économique  et de faciliter la réalisation des critères et répères quantitatifs du Programme économique du gouvernement.

JRT

Leave a Reply