CWB : du rire, de l’émotion et de l’inédit pour février 2011

       Au moment où le mois de janvier 2011 tire à sa fin, les médias et les férus de la culture ont été conviés le jeudi 27 janvier 2011  à se faire une idée globale des activités du Centre Wallonie Bruxelles pour le mois de février. Et cela à travers la conférence de presse dont le go a été lancé par la déléguée du CWB, Katryn Brahy. La  nouveauté  introduite récemment   par le CWB est que des extraits des spectacles, et les diverses autres activités   culturelles retenues tout au long du mois, sont préalablement commentés et expliqués brièvement  au public.

La déléguée du CWB est revenue d’abord sur l’exposition « Wote Pamoja ou tous ensemble » inaugurée depuis le 21 janvier 2011 et censée prendre fin le 10 février 2011. Elle se tient à la  Galerie de Trust Merchant Bank.
En effet, les artistes plasticiens lushois ( Mbaya, Kiat et Mulaya) et leurs collègues kinois, à savoir le Freddy Tsimba, Dikisongele, Mampuya…. explorent les pistes d’un enrichissement réciproque. Cette expérience date d’au moins dix ans, a-t-on entendu de la part de ces artistes. Cet espace de création se veut un lieu d’échanges du désir d’être dans l’unité. Mulaya et Mbaya qui ont foulé le sol de la capitale pour la première fois se sont dits surpris par la vitalité des kinois.
Ils n’ont pas manqué de remercier le CWB pour avoir facilité ces échanges.

    Une autre exposition prévue dans trois semaines est celle du collectionneur Mubake. Banquier aujourd’hui à la retraite, ce monsieur a eu la chance de sillonner les divers coins du pays, et même d’effectuer des  séjours en dehors de la RDC. Ayant obtenu un jour une statuette au Sud-Kivu, il a pris goût à la collecte des objets d’art. L’ex banquier a indiqué  qu’il prenait  un réel plaisir à consacrer la quasi-totalité de ses frais de mission à l’achat des pièces anciennes. Le « musée » Mubake compte à ce jour 500 pièces.
Du 22 février au 4 mars 2011, Mubake va se signaler dans « Les symboles de la justice dans la société traditionnelle ». Le droit traditionnel est l’expression du respect des normes coutumières. L’oralité souvent présente dans le système juridique coutumier se présente sous forme des dictons, devinettes, proverbes…
Cette exposition va mettre en évidence les symboles utilisés pour dire le droit.

    Les amoureux du théâtre vont se voir proposer « l’Attentat ». Katryn Brahy a fait observer que cette pièce a été écrite par un ex-général de l’armée algérienne.
    Pour ne pas attirer l’attention sur lui au moment où il était dans l’armée,  ce galonné signait ses écrits avec  le pseudonyme de Yasmina Khadra.
    «Attentat» est l’histoire d’un médecin qui apprend que la kamikaze déchiquetée et dont il doit examiner le corps est sa propre épouse.
La mise en scène «d’Attentat» a été assurée par Israël Tshipamba.  Programmé au CWB le 2 février 2011, le lendemain, cette pièce sera jouée au Tarmac des Auteurs.
    « Nous on se marre »  conçu pour faire rire l’assistance sera interprétée par Jean Shaka et  Elbas Manuana le 9 février 2011.
    En ce qui concerne la musique, les professionnels des médias et autres invités ont eu droit aux extraits des morceaux de jazz interprétés par de jeunes gens de Kongo Square. Ils seront à l’honneur le 10 février 2011.
« Le pousse-pousseur millionnaire » est le titre du livre qui sera présenté au public le 4 février 2011. Ecrit par  Nongo Kima  Buk Yal, c’est l’histoire de Kabo, un tireur de pousse-pousse kinois qui est devenu fortuné.

Année du livre

    Revenant sur le sens du combat que livrent les libraires, éditeurs, le CWB, les ministères concernés pour amener le livre à se vendre à un prix abordable, la déléguée du CWB a indiqué que la RDC est le pays au sud du Sahara à produire le plus grand nombre des titres. Néanmoins, le livre importé  est taxé à 38 % en RDC.  Enfin, l’assistance a été informée de la disparition d’un grand homme de la culture burkinabé, Jean-Pierre Ingane. Il a tiré sa révérence le 22 janvier 2011.

Jean- Pierre Nkutu

 

Leave a Reply