CSAC : la balle dans le camp de la Présidence

Réclamée à cor et à cri aussi bien par les professionnels des médias que par la classe politique congolaise, l’ordonnance présidentielle relative à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) continue de se faire attendre. Pourtant, toutes les structures habilitées à désigner leurs représentants au sein de cette institution de régulation des médias se sont acquittées de cette obligation.
 
Une certaine opinion voudrait faire croire que les organisations professionnelles des médias n’auraient pas réussi à accorder leurs violons au sujet de leurs deux délégués alors qu’en réalité, leurs divergences avaient été vidées de longue date, selon l’esprit des textes régissant le CSAC. On rappelle à cet effet que six candidats s’étaient présentés sur la ligne de départ, soit trois femmes et trois hommes. Les professionnels des médias, soucieux de répondre aux critères de représentation nationale et du « gender », s’étaient rapidement mis d’accord sur la candidature de Chantal Kanyimbo, présidente de l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC).
Ce choix impliquait automatiquement le désistement de ses deux sœurs candidates au poste, lesquelles ne s’étaient pas fait prier pour formaliser leur retrait, en toute franchise et sportivité. Il restait à attribuer le second poste restant à un homme, toujours dans le respect des textes légaux. A ce sujet, un constat avait été fait. Il s’agissait de l’absence d’un représentant du centre (Kasaï Oriental et Kasaï Occidental) de toutes les listes établies par les structures parties prenantes au CSAC, à savoir la Présidence de la République, la Primature, le Sénat, l’Assemblée Nationale, l’Association des Editeurs des Journaux, la Société Civile.
 
Or, dans le lot des trois délégués des médias restés en lice, figurait un originaire du Katanga. Compte tenu de la présence d’une Katangaise au sein du CSAC, il ne pouvait être question d’une seconde unité de la même province au sein de cette institution, dès lors que le centre du pays était cruellement absent. 
D’où la demande expresse adressée au candidat du Katanga de désister. Ayant très mal pris la chose, ce dernier avait préféré claquer la porte. D’où, les deux candidats originaires de l’espace kasaïen restés en course ont dû être départagés par un vote, au terme duquel le délégué de l’OMEC, Martin Mukanya, l’a emporté par 14 voix contre une.
 
Aussitôt après, les noms des Chantal Kanyimbo et Martin Mukanya ont été envoyés à la Présidence de la République, pour compléter les deux postes vacants au sein du CSAC. La rumeur ayant fait état d’une désignation qui se serait déroulée en violation des textes, la Présidence de la République a exigé le procès-verbal dûment signé par les participants au scrutin.
 
En dépit de l’accomplissement de cette formalité, la Présidence de la République a recommandé aux organisations des médias d’obtenir la désignation de leur délégué par consensus. Cette proposition est très mal perçue par la profession, dans la mesure où, d’une part, le consensus recherché par le désistement du second délégué du Katanga avait lamentable échoué, et, d’autre part, les deux concurrents restés en compétition avaient été départagés par un vote.
 
Pourquoi revenir au consensus dès lors que le vote avait donné Martin Mukanya largement gagnant ? Ensuite, les organisations professionnelles des médias ont comblé une lacune grave qui risquait d’exclure inexplicablement toute une aire géographique et linguistique, en l’occurrence le centre du pays , violant ainsi le critère de la représentation nationale au sein du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication.
 
Compte tenu de ce qui précède, les journalistes congolais pensent qu’aucun obstacle ne devrait plus freiner la signature et la publication de l’ordonnance présidentielle portant composition nominale des membres du CSAC. Les choses sont tellement claires que l’on peut se permettre d’affirmer que la balle se trouve présentement dans le camp de la Présidence de la République.
 
Kimp
 

Leave a Reply